Paris : des policiers manifestent sous les fenêtres de La France insoumise

  • A
  • A
Paris : des policiers manifestent sous les fenêtres de La France insoumise
Les policiers sont venus "rappeler aux parlementaires le respect de la présomption d'innocence". (Photo d'illustration)@ Direction générale de la police nationale
Partagez sur :

Les policiers ont réagi après que quatre élus LFI ont demandé au ministre de l'Intérieur de retirer sa plainte visant un militant contre les "violences policières".

Une cinquantaine de policiers ont manifesté jeudi à l'appel du syndicat SGP Police FO devant le siège de La France insoumise après que quatre de ses élus ont demandé au ministre de l'Intérieur de retirer sa plainte visant un militant contre les "violences policières".

Le 15 février, Hadama Traoré, militant d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, qui combat les "violences policières" depuis l'éclatement de "l'affaire Théo" en février 2017, avait organisé une mobilisation devant le siège du syndicat policier Alliance à Paris. Lors de ce rassemblement, il avait notamment déclaré au mégaphone : "Les policiers, ils nous tuent, ils nous violent, ils nous frappent ! Qu'ils nous protègent !".  Gérard Collomb et Alliance ont porté plainte début mai contre ces propos jugés diffamatoires.



Quatre élus de La France Insoumise (LFI), Danièle Obono, Ugo Bernalicis, Alexis Corbière et Éric Coquerel, ont ensuite demandé au ministre de retirer sa plainte qu'ils jugent "honteu(se)". "Cette action en justice de Gérard Collomb est dangereuse. Elle vise à réduire au silence des voix s'exprimant contre les violences policières qui entachent le travail de la police, en particulier celles d'associations qui effectuent un rôle de vigilance démocratique", selon les députés.

"Non à la stigmatisation des policiers". Jeudi, les policiers sont venus "rappeler aux parlementaires le respect de la présomption d'innocence", sous les fenêtres de LFI. "Avec leurs déclarations, ils mettent la pression à la justice", a expliqué Eddy Sid de SGP Police FO. "Quel que soit le parti politique ou l'organisation qui attaquera la probité de la police, il nous trouvera en face de lui", a-t-il insisté. Pancartes à la main portant les slogans "non à la stigmatisation des policiers" ou "la police est républicaine", les policiers ont hué et tambouriné sous les fenêtres du parti de Jean-Luc Mélenchon.

"Aujourd'hui, des policiers en manif devant le siège de la @FranceInsoumise contre un communiqué de 4 de nos députés. Aucune protection du siège. Avant ça, le pouvoir veut m'expulser de l'enquête sur la tentative de meurtre contre moi. Un député, c'est quoi en Macronie ?", a tweeté Jean-Luc Mélenchon.



Hadama Traoré a été cité à comparaître pour "injures". Une audience de consignation se tiendra le 2 juillet devant la 17ème chambre du TGI de Paris. Le militant est déjà sous le coup d'une procédure diligentée contre lui par le maire (LR) d'Aulnay Bruno Beschizza, lui-même ancien policier. Il sera jugé en septembre à Bobigny pour avoir menacé de le séquestrer et de mettre le feu à la mairie.