Paquet neutre : il se bat pour faire retirer la photo de son père décédé

  • A
  • A
Paquet neutre : il se bat pour faire retirer la photo de son père décédé
Serge Nizet a reconnu son père sur l'une des photos des paquets de cigarettes neutres@ PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Partagez sur :

Serge Nizet a eu la mauvaise surprise de découvrir une photo de son père, dans le coma après un AVC, sur un paquet de cigarettes neutre, sans en avoir été averti.

Un homme alité, les yeux clos et équipé d'un tube respiratoire figure parmi les photos de sensibilisation aux dangers de la cigarette sur les nouveaux paquets neutres. Mais pour le Belge Serge Nizet, cette photo est avant tout celle de son père, mort il y a six ans. Le fils du défunt affirme que ni son père ni sa famille n'ont donné leur accord pour que ce cliché apparaisse sur les paquets de cigarettes, rapporte LCI mardi

Une photo choquante pour la famille. C'est la mère de Serge qui a eu la désagréable surprise de reconnaître son mari sur l'un des paquets de cigarettes neutres du groupe Philip & Morris. "Gamin, gamin, y’a papa sur un paquet de L&M", lance-t-elle à son fils qui a raconté l'entretien au site belge La Capitale en juillet dernier. Bouleversé l'homme va lui-même acheter l'un de ces paquets de cigarettes et reconnaît également son père victime d'un AVC six ans plus tôt. "On ne s’y attend pas, on n’a même pas été prévenus, c’est assez aberrant", raconte encore Serge Nizet.

Il affirme que personne dans la famille n'a pris cette photo et que ni son père ni son entourage n'ont donné leur accord pour qu'elle soit prise et diffusée. "C'est odieux et abject, je n'en reviens toujours pas. L'ensemble de notre famille est choqué et fâché par ce qui nous arrive", a-t-il encore affirmé à La Capitale.

Des droits détenus par la Commission européenne. Alors depuis six mois, Serge Nizet se bat pour que ce cliché soit retiré des paquets de cigarettes. Il s'est adressé aux fabricants qui lui ont répondu que le choix des clichés ne leur appartenait pas. Elles leur sont fournies par la Commission européenne à la Santé qui en détient les droits. Ces photos ont été rassemblées dans une bibliothèque de 42 images prises par des sociétés externes qui auraient recueilli le consentement écrit des personnes y figurant, d'après un document d'information de la direction générale de la Santé de la Commission européenne

Pas de dédommagement mais des excuses. Découragé, Serge Nizet ne désire pourtant aucune compensation financière. Il demande "juste des excuses pour l'honneur de [son] père. Et que l'on retire la photo des paquets, bien sûr", a-t-il confié à LCI mardi. Mais il se sent dans une impasse. "Si vous saviez comment les gens de la Commission nous balayent d’un simple revers de la main", soupire-t-il.