Orelsan : le planning familial veut s’exprimer avant le concert

  • A
  • A
Orelsan : le planning familial veut s’exprimer avant le concert
Partagez sur :

Le planning familial de la région Centre a demandé à la direction du Printemps de Bourges un temps de parole sur scène avant le concert du rappeur Orelsan samedi pour lire un texte contre "la violence sexiste", ce que le festival a refusé par crainte d'incidents.

Dans le texte qu'il souhaitait lire sur scène avant la prestation de l’artiste, le planning familial "s'indigne de la tenue du concertd'Orelsan malgré ses textes très violents contre les femmes". Il estime que "le respect de l'autre, la dignité dans les relations hommes/femmes doivent l'emporter sur la liberté d'expression et de la création artistique". Le texte ajoute que "la violence sexiste doit être dénoncée avec la même virulence que la violence raciste ou homophobe".

Le directeur du Printemps de Bourges, Daniel Colling, a déclaré qu'il n'accèderait pas à cette demande, par crainte d'incidents dans la petite salle du 22 Ouest (350 places), où aura lieu le concert. "Les gens du public vont soutenir Orelsan et pourraient prendre cela comme une provocation", a déclaré M. Colling, qui s'est en revanche dit "prêt à accueillir des revendications, à travers par exemple la distribution de tracts".

747257_34_bayrou-bassignac-jpg-400300

Le président du MoDem, François Bayrou, en visite au Printemps de Bourges vendredi, a déclaré "comprendre l'émotion" suscitée par la chanson "Sale pute" du rappeur, sans toutefois l'avoir ressentie comme une apologie de la violence envers les femmes. "Il est vrai que les paroles de cette chanson sont choquantes. Mais je ne l'ai pas ressentie comme une apologie de la violence, plutôt comme une dérive passionnelle", a-t-il indiqué. "Des dérives, dans la littérature, il y en a beaucoup, par exemple chez Sade, Lautréamont ou Céline. Cela ne veut pas nécessairement dire qu'il y ait une apologie des actes décrits", a-t-il ajouté.

Malgré les appels d'associations et de responsables politiques, le Printemps de Bourges a refusé de le déprogrammer en soulignant que cette ancienne chanson ne figurait ni dans l'album ni dans les concerts du rappeur.

Orelsan fait l'objet d'une polémique à cause du clip d'une ancienne chanson, "Sale pute", posté il y a deux ans sur internet et où il se met dans la peau d'un homme trompé qui menace sa compagne de violences physiques. Il avait présenté ses excuses suite au tapage autour du clip.