On a suivi le débat de la primaire avec des enseignants

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Les enseignants sont très intéressés par la primaire de la gauche. On a suivi le deuxième débat avec certains d'entre eux. Reportage. 

REPORTAGE

Lors du deuxième débat de la primaire de la gauche, il a encore été question d'environnement, d'immigration et aussi d'éducation. Pour essayer de mieux comprendre les enjeux de cette primaire pour les profs, nous avons regardé le débat avec des enseignants à Boissy-Saint-Léger, dans le Val-de-Marne. Reportage. 

"On y croit". Clément, enseignant en primaire, accueillait Christelle et Marie, deux directrices en maternelle. "La gauche a déjà beaucoup fait pour l'école pendant le quinquennat de François Hollande", assure-t-il avant le début du débat. Il a bon espoir que ça pourrait continuer. "On a beaucoup de propositions sur la baisse des effectifs dans les classes. On y croit".

"J'ai déjà ma petite idée". Il est 18 heures, l'émission démarre. Mais Marine n'écoute pas vraiment les candidats. "En fait, j'ai déjà ma petite idée", avoue-t-elle. "Ça fait un moment que j'écoute et je vois comment Emmanuel Macron mène sa barque. Et lui, je trouve qu'il avance et il donne l'envie d'être suivi".

Des propositions concrètes. Près de deux heures plus tard, les trois invités ont les yeux rivés sur l'écran. Et pour cause, les candidats évoquent (enfin) l'éducation : plafond de 20 ou 25 élèves par classe, service d'aide aux devoirs, des postes en plus,… Les propositions ne manquent pas mais à la fin, les trois enseignants sont ne sont pas pour autant convaincus. "Ce sont des choses qui existent déjà et depuis plusieurs années", s'agace Christelle. "On attend de voir comment ça pourrait se concrétiser vraiment", insiste Clément.

Même s'ils ne sont pas convaincus, ces sympathisants de gauche se déplaceront quand même dimanche prochain pour choisir le candidat de gauche le plus "crédible" pour l'emporter face à la droite.