OM-PSG reporté : la SNCF porte plainte pour "dégradations"

  • A
  • A
OM-PSG reporté : la SNCF porte plainte pour "dégradations"
Partagez sur :

Patrick Menucci accuse la Ligue d'avoir livré sa ville aux hooligans parisiens en reportant le match trop tard.

La SNCF a porté plainte lundi pour "dégradations de matériel" dans le TGV ramenant dimanche soir de Marseille à Paris quelque 350 supporteurs du PSG, après le report de la rencontre-pour cause de grippe A qui devait opposer l'Olympique de Marseille au PSG. L’entreprise a rappelé qu'elle portait systématiquement plainte en cas de dégradations mais n'a donné aucune précision sur le type et le montant des dégâts occasionnés par ces supporters.

La cité phocéenne avait retrouvé le calme en début de soirée dimanche mais restait sous surveillance. Les quelque 350 supporteurs du PSG, bloqués sur le parvis de la gare Saint-Charles par des supporters marseillais qui leur lançaient des projectiles, ont finalement pu quitter la ville à 19H40 à bord d'un TGV spécialement affrété par le club parisien. Avant de monter dans le train, ils ont traversé, par petit groupe et sous escorte, le hall de la gare en hurlant des slogans, sous les insultes de supporters Marseillais présents.

Seize jeunes d'une vingtaine d'années, principalement des supporteurs marseillais, ont été placés en garde à vue à la suite des incidents. Ils devaient être déférés au parquet lundi, qui pourra décider, dans les 48 heures, de leur comparution devant le tribunal correctionnel.

"Je suis scandalisé par l'annulation du match et très en colère contre la Ligue qui ne réfléchit pas", a déclaré Patrick Menucci, le maire des 1er et 7e arrondissements de Marseille. "Quand il y a dans la ville 2.000 supporteurs dont on connaît les habitudes, dont 500 ultra-violents, avinés et, pour certains, fascistes, on réfléchit un peu", a-t-il dit. "Les forces de l'ordre, lorsqu'il s'agit de sécuriser un match, elles savent faire, mais quand vous envoyez en pleine ville, parmi les familles qui se promènent, ces énergumènes, c'est du grand n'importe quoi", a encore dénoncé le maire qui a fait état de "voitures brûlées" et de "commerces éventrés".

Ecoutez la colère de Patrick Menucci. Propos recueillis pour Europe 1 par Laure Dautriche :

Regardez quelques images diffusées sur le site de La Provence :

Lundi, on comptait officiellement six blessés parmi lesquels au moins un policier, ainsi qu'un supporteur du Paris Saint-Germain, fauché par une voiture et qui souffre de fractures. Une source policière parle d'une dizaine de supporteurs du PSG blessés, dont certains à coups de couteau et de lames de rasoir lors d'affrontements avec leurs homologues marseillais.

> Pour jouer le match, Marseille pose ses conditions