Olivier Ribadeau-Dumas aux musulmans : "Il faut que vous continuiez à dialoguer avec nous"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'archevêque Olivier Ribadeau-Dumas a rappelé l'importance du dialogue inter-religieux en ce lundi d'Assomption et a appelé à la paix

INTERVIEW

En ce lundi d'Assomption particulier après l'assassinat du père Hamel à saint-Etienne-du-Rouvray, l'archevêque Olivier Ribadeau-Dumas, secrétaire général de la conférence des évêques de France et porte-parole des évêques de France, était l'invité d'Europe 1.

"Un formidable message de vie". Malgré les récents événements tragiques, l'archevêque n'est pas inquiet pour la sécurité du pèlerinage de Lourdes. "De nombreuses forces de police ont été déployées. Toutes les conditions de sécurité ont été étudiées de près. Il n'y a pas que Lourdes, je pense que dans beaucoup d'endroits en France, on célébrera l''Assomption qui est une grande fête chrétienne." Le 15 août est synonyme de partage pour l'archevêque. "Les catholiques fêtent la montée de Marie, la mère de Dieu, dans le ciel. C'est à dire qu'elle partage l'amour et la gloire de Dieu. C'est le signe que nous tous serons invités à partager cette gloire un jour. C'est un formidable message de vie, d’espérance, qui vaut pour tous les hommes quels qu'ils soient."

Sécurité : "les mesures prise sont les plus adaptées". Mais au-delà du 15 août, l'archevêque se montre aussi optimiste sur la question de la sécurité des églises de France. "Après les attentats de Villejuif (déjoué en avril dernier, ndlr) et l'assassinat du père Hamel en juillet, les évêques de France ont été en contact avec le ministère de l'Intérieur et il me semble que les mesures prise sont les plus adaptées. Il est impossible de garder les 45.000 églises en France. C'est localement le lien entre les forces de gendarmerie et de police et les curés des paroisses qui sont utiles."

"Prier pour la paix". Tout comme Monseigneur Pontier, président de la conférence des évêques, Olivier Ribadeau-Dumas appelle à prier pour la paix. "Nous vivons cette période de tension et de violence, qui n'est pas que due au terrorisme mais c'est aussi une violence, verbale, économique, sociale. Prier pour que les Français aient dans le cœur cette paix pourra permettre de construire une société dans laquelle il y aura plus de justice et de bienveillance." Les jours qui ont suivi l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray ont par ailleurs montré une solidarité inter-religieuse. "J'espère que tout cela va durer. Le dialogue entre les religions est essentiel. C'est par la connaissance mutuelle que l'on arrivera à déjouer les pièges dans lesquels on voudrait nous faire tomber."

"Nécessite du dialogue". Pourtant, un récent sondage de l'Ifop révèle un regard de plus en plus dur des catholiques français pratiquants vis à vis de l'islam. "Cela veut dire qu'il faut faire oeuvre de pédagogie. Nous avons à réexpliquer la nécessité du dialogue, pas seulement au niveau national, mais local, dans les villes, partout." En s'adressant aux musulmans de France, il exprime le souhait de l'Eglise : "Il faut que vous continuiez à dialoguer avec nous, à condamner tout ce qui se fait prétendument au nom de l'islam, à travailler votre religion pour qu'elle soit conforme à ce qu'il est possible de vivre dans notre pays."