Obama en Normandie : un symbole pour un ancien colonel noir

  • A
  • A
Obama en Normandie : un symbole pour un ancien colonel noir
Partagez sur :

A 89 ans, Charles McGee, colonel à la retraite, est un ancien combattant de la Seconde guerre mondiale, pionnier de la lutte pour l'égalité raciale dans l'armée américaine. Pour lui, la venue du président américain en Normandie a une résonance particulière. Portrait.

En 1942, Charles McGee a été l'un des premiers Noirs admis comme pilote de chasse, un poste prestigieux longtemps réservé aux Blancs. En 1941, pressée par des élus progressistes du Congrès, l'armée consent, sans trop y croire, à tenter une expérience : permettre à des Noirs, triés sur le volet, de piloter des avions. Un aérodrome est construit dans l'Alabama, près de la petite ville de Tuskegee. L'année suivante, le cadet Charles McGee, 22 ans, intègre le 332e groupe de combat.

Entre 1941 et 1946, 994 Noirs réalisent leur rêve de voler, mais sans jamais être mêlés aux autres pilotes. "A cette époque, on ne nous appelait pas encore les Tuskegee Airmen. Nous étions juste des Noirs dans l'armée. Au début, on nous appelait même les nègres", se souvient-il. Quatre-cent cinquante de ces pilotes participent à la Seconde Guerre mondiale et 66 y trouvent la mort. Leurs avions, les "Red Tails", sont reconnaissables à leur queue et leur nez peints en rouge.

Charles effectue 136 missions à bord de son appareil, d'abord un P-39 puis un P-51, baptisé Kitten. "Je n'ai pas vécu cette expérience avec l'idée que j'étais un pionnier, mais ce que nous avons fait a certainement conduit à un changement", explique-t-il.

En 1948, le président Harry Truman met un terme définitif à la ségrégation parmi les militaires. En 1989, un Afro-américain, Colin Powell, devient pour la première fois le plus haut gradé de l'armée des Etats-Unis. Les Tuskegee Airmen restent aujourd'hui une unité emblématique pour de nombreux Noirs. Un film leur a été consacré en 1995.

Pour sa participation au débarquement, le colonel McGee a été fait chevalier de la légion d'honneur par Michèle Alliot-Marie, alors ministre de la Défense, lors d'une cérémonie aux Invalides en 2004.