"Nuit debout" : "peut-être un épiphénomène d’une mobilisation citoyenne importante"

  • A
  • A
Partagez sur :

Pour Abdennour Bidar, philosophe, invité d'Europe 1, "il y a quelque chose en effervescence du coté du peuple".

La société civile est en mouvement. Abdennour Bidar, philosophe, auteur de Les tisserands-Réparer ensemble le tissu déchiré du monde, le constate. "Les attentats ont provoqué des sursauts de mobilisations. Beaucoup de gens sont passés par un sentiment d’impuissance et se sont retroussés les manches", explique-t-il sur Europe 1.

Selon le philosophe, le mouvement "Nuit debout", aussi, est l'un des symptômes de cette envie de se rassembler. "Quand on observe 'Nuit debout', on peut se dire qu'ils ne font que causer. Mais le citoyen a besoin de se réapproprier quelque chose de la société civile", explique-t-il sur Europe 1.

"Cela commence par la parole". "Je dis : 'laissons du temps au temps'. Ce qu’on observe dans les sociétés à partir des indignés, c’est qu’il y a quelque chose en effervescence du coté du peuple", poursuit-il. "Attendons de voir ce que cela va donner dans la décennie à venir. Ce n’est peut être la qu’un épiphénomène d’une mobilisation citoyenne importante. Il y a des choses qui sont en train de se passer. Cela commence par la parole."

"Récréer un espace du politique". Selon Abdennour Bidar, il faut se réapproprier son rôle de citoyen, en "récréant un espace du politique au-delà de ce que fait la classe politique".