Noyades à Trouville : la marée et la panique en cause

  • A
  • A
Noyades à Trouville : la marée et la panique en cause
Partagez sur :

Quatre personnes se sont noyées samedi à Trouville-sur-Mer,dans le Calvados, lors d'une baignade collective d'un groupe venu en séminaire.

La panique face à la marée montante a vraisemblablement provoqué samedi la mort par noyade de quatre personnes de nationalité ou d'origine haïtiennes sur la plage de Trouville, selon les premiers éléments recueillis par les enquêteurs.

Trois jeunes femmes de 19, 20 et 24 ans et un adolescent de 15 ans ont péri pris par la marée montante, alors que deux adolescentes de 12 et 15 ans ont réchappé de justesse à la noyade. "Assez choquées", ces dernières étaient toujours hospitalisées dimanche à Lisieux, placées en observation mais hors de danger, selon le préfet du Calvados Christian Leyrit.

La plage de Trouville n'est pas surveillée mais elle n'est pas interdite à la baignade. Un témoin a indiqué qu'"un gros courant avait dispersé le groupe et l'avait amené vers le large, à 150 ou 200 mètres de la plage", a indiqué une porte-parole des enquêteurs au commissariat de Deauville-Trouville. "Une ou plusieurs vagues ont dû déstabiliser les personnes qui s'étaient éloignées très loin (du bord) et elles ont probablement paniqué", avait auparavant indiqué Christian Leyrit.

Ecoutez les explications de Christian Leyrit recueillies par Frédéric Nicolas :



Le groupe en difficulté a rapidement été repéré par une personne pratiquant le kite-surf qui a "sauvé deux personnes: il a donné sa planche à un homme en difficulté et avec sa voile, il a réussi à prendre en charge une jeune femme. C'est un héros!", a souligné la porte-parole de la police, en déplorant cependant que ce dernier ne se soit pas présenté à la police pour témoigner. L'alerte a été donnée très vite et, dès 15H43, les premiers secours étaient sur les lieux, avait souligné Christian Leyrit samedi. "L'endroit où a eu lieu la noyade est sans danger", avait de son côté affirmé le maire de Trouville, Christian Cardon.