Nouvelles mises en examen contre l’Arche de Zoé

  • A
  • A
Nouvelles mises en examen contre l’Arche de Zoé
Partagez sur :

Eric Breteau, président de l’association humanitaire, et sa compagne Emilie Lelouch ont été mis en examen en janvier pour "escroquerie", après les plaintes de cinq bénévoles de l’association qui estiment avoir été abusés par les responsables de l'Arche de Zoé, a-t-on appris mardi.

Le président de l'Arche de Zoé, Eric Breteau, et sa compagne Emilie Lelouch, ont été mis en examen en janvier pour "escroquerie", a-t-on appris mardi. Ces poursuites sont consécutives aux plaintes de cinq bénévoles ayant participé à l’opération humanitaire d’octobre 2007 - un médecin, trois infirmiers et un pompier - qui estiment avoir été trompés par l'association.

Eric Breteau et Emilie Lelouch avaient déjà été mis en examen début 2008 pour "aide au séjour irrégulier de mineurs étranger en France", "escroquerie" et "exercice illégal de l'activité d'intermédiaire en vue d'adoption". La plainte émanait cette fois des familles d’accueil potentielles en France, qui avaient été sollicitées par l'association pour verser une contribution financière d'au moins 1.400 euros pour financer l'opération.

Les cinq nouveaux plaignants étaient revenus en France peu de temps avant que six membres de l'association ne soient arrêtés au Tchad en octobre 2007, alors qu'ils s'apprêtaient à exfiltrer 103 enfants vers la France. Ils estiment avoir été abusés par les responsables de l'association, qui leur avaient soutenu que l’opération humanitaire était légale, alors qu’elle n'avait pas l'aval des autorités tchadiennes.

"Ils ont vécu l'enfer à leur retour en France, l'opprobre dans leur milieu professionnel, le harcèlement de la presse, avance l’avocat des cinq nouveaux plaignants. Certains ont fait des dépressions, ont arrêté de travailler. Difficile quand on a consacré sa vie à aider les autres."