Nouveaux rassemblements de policiers à Melun et à Grenoble

  • A
  • A
Nouveaux rassemblements de policiers à Melun et à Grenoble
Les policiers continuent de se mobiliser la nuit@ FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partagez sur :

La mobilisation des policiers faiblit mais ne disparaît pas, des fonctionnaires de police se sont rassemblés à Melun et Grenoble, lundi soir.

De nouvelles manifestations de policiers ont eu lieu lundi à Melun, en région parisienne, ainsi qu'à Grenoble, signe que la mobilisation perdure malgré le reflux observé ces derniers jours.

Entre 250 et 280 fonctionnaires de police à Melun. Le rassemblement de Melun, en Seine-et-Marne, a eu lieu lundi soir devant le siège de la Direction départementale de la sécurité publique, "en tenue civile" et sans véhicule siglé "police", a précisé une source policière. Un policier ayant participé à la manifestation a comptabilisé "entre 250 et 280 fonctionnaires". Le rassemblement "asyndical et apolitique" s'est terminé peu avant 23h, selon la même source. "Les collègues ont chanté la Marseillaise, il n'y a pas eu de prise de parole", a-t-elle ajouté.

Un soutien à la policière renversée. Certains policiers sur place tenaient des pancartes exprimant leur soutien à leurs collègues de Saint-Pierre-lès-Nemours, après qu'une policière a été violemment percutée par une voiture volée dans cette commune de Seine-et-Marne la semaine dernière. Les deux occupants du véhicule ont depuis été mis en examen et écroués. À Grenoble, 100 personnes se sont rassemblées dans le calme lundi à midi devant la préfecture de l'Isère, selon une source policière.

Le mouvement de grogne des policiers est né après une attaque aux cocktails Molotov contre quatre agents à Viry-Châtillon, dans l'Essonne. Deux d'entre eux ont été grièvement brûlés. Ce mouvement a fait tache d'huile avec des manifestations dans plusieurs villes de France depuis le 17 octobre avant de connaître un reflux, avec toutefois encore des rassemblements ponctuels.

Le 26 octobre, le ministre de l'Intérieur a annoncé une enveloppe de 250 millions d'euros et des mesures concernant notamment la légitime défense.