Notre-Dame-des-Landes : le "oui" l'emporte avec 55,17% des voix

  • A
  • A
Notre-Dame-des-Landes : le "oui" l'emporte avec 55,17% des voix
@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

Le projet de transfert de l'aéroport l'emporte largement avec 55,17% des suffrages selon les résultats officiels. 

L'ESSENTIEL

Oui ou non à un aéroport à Notre-Dame-des-Landes ? Les habitants de Loire-Atlantique ont tranché dimanche sur l'avenir de ce projet controversé, lors d'une consultation inédite en France, voulue par l'exécutif pour sortir de l'impasse sur ce dossier vieux de 50 ans. Les 967.500 électeurs du département étaient invités à répondre par "oui" ou par "non" à la question : "Êtes-vous favorable au projet de transfert de l'aéroport de Nantes-Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes ?".

  • Le "oui" largement en tête

Selon les résultats définitifs, le "oui" l'emporte largement avec 55,17% des voix. Le président du Département avait déjà revendiqué la victoire de "oui" alors que les résultats de Nantes n'étaient toujours pas connus. La participation s'est établie à 51,08%.

Dans les communes les plus proches du site de l'aéroport, le "non" l'a plutôt emporté, selon les estimations données dans l'après-midi. C'est notamment le cas à Notre-Dame-des-Landes même, où le taux de participation a atteint 75,04%, les électeurs ont massivement voté pour le "non", avec 73,57%, contre 26,43% pour le oui.

Le gouvernement est ainsi appelé à "évacuer la Zad" et à engager les travaux de la future infrastructure, destinée à remplacer l'aéroport de Nantes-Atlantique. 

  • Les "zadistes" priés de partir d'ici l'automne

Manuel Valls a salué dimanche la victoire du "oui" et a prévenu que les occupants illégaux du terrain devraient "partir" d'ici le début des travaux à l'automne. "L'autorité de l'Etat et les lois de la République s'appliqueront à Notre-Dame-des-Landes comme partout ailleurs dans le pays", assure le Premier ministre dans un communiqué, ajoutant que "ce nouvel aéroport est une chance pour ce territoire et ses habitants". 

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault, ancien maire PS de Nantes, a salué également le vote des électeurs de Loire-Atlantique en faveur de la construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes. "C'est un vote clair, sur un projet qui a fait l'objet de tant de contestation, donc je crois qu'aujourd'hui, le message qu'on peut dire c'est : +respect du vote des électeurs de Loire-Atlantique+", a déclaré l'ancien Premier ministre dimanche soir.

  • Une consultation pour trancher sur ce dossier

Première du genre en France, cette consultation locale avait été annoncée le 11 février par François Hollande, dans l'optique de trancher sur ce dossier, qui empoisonne depuis le début de son quinquennat les relations entre socialistes et écologistes. Pour organiser ce scrutin un peu "particulier", qui ne nécessite pas un seuil minimum de 50% de participation pour être validé, l'exécutif a dû prendre une ordonnance modifiant le Code de l'environnement.

"L'aéroport du Grand Ouest", dont la concession a été attribuée en décembre 2010 au groupe de BTP Vinci pour une durée de 55 ans, devait initialement accueillir ses premiers avions en 2017. Les travaux n'ont jamais démarré, notamment en raison d'une forte contestation des opposants, devant les tribunaux et sur le terrain. Les occupants n'entendent d'ailleurs pas partir du terrain et ont refusé dimanche soir, à l'annonce des résultats, de s'avouer vaincus. "Il n'y aura pas d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes", "on ne lâche rien", ont scandé les opposants.