Médecins en grève : "30 kilomètres pour trouver un docteur"

  • A
  • A
Médecins en grève : "30 kilomètres pour trouver un docteur"
@ AFP/GERARD JULIEN
Partagez sur :

INFO E1 - Certains généralistes n’ayant pas reçu de réquisitions, 200.000 personnes sont privées de médecins dans le Nord.

Le bras de fer se poursuit entre le gouvernement et les médecins libéraux. La FMF, Fédération des médecins de France, prévoit en effet de faire grève au-delà du 31 décembre face à ce qu'il appelle "la surdité du gouvernement". Du côté de l'exécutif en revanche, on affirme que la grève entamée cette semaine n'entraine aucune difficulté particulière. Une déclaration qui fait grincer des dents dans le Nord où près d'une centaine de communes sont privées de médecins de garde...

>> LIRE AUSSI - Grève des médecins à Noël : comment se faire soigner ?

30 kilomètres pour se faire soigner. Au total près de 200.000 personnes sont privées de médecins dans le Nord car certains généralistes n’ont pas reçu de réquisitions. Les patients sont obligés de faire plusieurs dizaines de kilomètres pour trouver un médecin. Gérard, lui, s’est rendu aux urgences et il a dû faire 30 kilomètres pour une simple grippe. "C’est pas normal, on est obligés d’aller dans les hôpitaux. C’est de l’attente, c’est pas normal".

>> LIRE AUSSI - Grève des urgentistes à Noël : quelles conséquences ?

15 appels à l’heure. Les médecins qui travaillent sont débordés et croulent sous les appels. Pour Charles Charani, responsable de la régulation libérale dans le Nord, si la situation dure, ce sera la catastrophe : "la régulation tourne à plein régime. Un médecin qui fait 14-15 appels à l’heure, c’est énorme. Il y a un risque pour les patients".

La ministre interpellée. Les médecins appellent la ministre de la Santé à reprendre les discussions et à trouver une solution comme cela a été fait pour les urgentistes. Leurs revendications sont tarifaires notamment : les généralistes demandent une consultation à 25 euros, les spécialistes la revalorisation des actes. Ils demandent aussi la réécriture, voire le retrait, du projet de loi santé qui sera examiné en avril.