Nancy: deux ans ferme pour un détenu qui menaçait de "faire le djihad en France"

  • A
  • A
Nancy: deux ans ferme pour un détenu qui menaçait de "faire le djihad en France"
@ FRED DUFOUR / AFP
Partagez sur :

Le détenu avait directement menacé des magistrats, assurant vouloir "tuer tous les mécréants". 

Un détenu âgé de 37 ans a été condamné à deux ans de prison ferme supplémentaires pour avoir proclamé sa volonté de "faire le djihad en France" et "tuer tous les mécréants", dont des magistrats qu'il a directement menacés, a-t-on appris samedi auprès de son avocate.

De la "pure provocation". L'homme, qui compte 35 condamnations à son casier et purge déjà une longue peine, a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Nancy pour "outrages", "menaces de mort" et "apologie d'actes de terrorisme", a précisé Me Isabelle Baumann. Les faits relèvent de la "pure provocation", de la part d'un homme qui selon les experts psychiatriques n'est ni fou ni en voie de radicalisation, mais qui a seulement "un problème avec l'autorité", selon l'avocate.

"Faire le djihad en France". L'homme s'était énervé, fin juin, lors de son transfert de Metz à la prison d'Ecrouves, près de Toul, en Meurthe-et-Moselle. Il s'en est était d'abord pris à une conseillère pénitentiaire d'insertion et de probation (CPIP), en menaçant ses enfants, puis avait évoqué l'assassinat d'un couple de policiers à Magnanville en disant qu'il allait "faire la même chose". Il avait également affirmé s'être procuré les coordonnées de magistrats à Metz et déclaré qu'il voulait "faire le djihad en France", "tuer tous les mécréants et les infidèles à Dieu", et même "égorger" un juge des enfants.

"Fou furieux", après avoir été interdit de promenade et de contact avec d'autres détenus, l'homme avait également menacé de mort le directeur adjoint de la prison et déclaré: "Daech a raison, il faut exterminer les Français". "Il est dans le déni total, il dit qu'il n'a rien dit de tout cela", a déclaré son avocate. Le procureur a requis 18 mois ferme à son encontre, mais le tribunal s'est montré plus sévère en lui infligeant deux ans ferme.