Vers un procès dans l'affaire du "mur des cons"

  • A
  • A
Vers un procès dans l'affaire du "mur des cons"
@ AFP
Partagez sur :

Françoise Martres, présidente du Syndicat de la magistrature, a été renvoyée en procès jeudi pour injure publique dans cette affaire de 2013. Le parquet a fait appel de cette décision.

La présidente du Syndicat de la magistrature (SM, gauche) Françoise Martres a été renvoyée en procès jeudi pour injure publique dans l'affaire du "Mur des cons".  Dans la foulée, le parquet, qui avait requis un non-lieu dans cette affaire, a annoncé qu'il faisait appel de cette décision. Il reviendra donc à la cour d'appel de trancher sur ce renvoi.

>> La vidéo de la polémique :

Révélé en avril 2013 par le site Atlantico, ce panneau situé à l'intérieur des locaux du SM, sur lequel étaient collées les images de plusieurs personnalités, avait déclenché un tollé de protestations. La juge d'instruction n'a pas suivi les réquisitions du parquet de Paris, qui concluait au non-lieu en estimant notamment que les faits étaient prescrits.

>> LIRE AUSSI - L'"éditrice" du "Mur des cons" mise en examen

L'indépendance des magistrats mise en cause. Des responsables du Front national et de l'UMP s'étaient emparés du sujet pour relancer la polémique sur l'indépendance des magistrats. Des magistrats et avocats avaient pour leur part dénoncé l'instrumentalisation de l'affaire pour jeter le discrédit sur les juges. Comme Brice Hortefeux ou Nadine Morano, les responsables visés par le "Mur des cons" étaient essentiellement des personnalités de droite. Figuraient aussi le magistrat Philippe Courroye, le criminologue Alain Bauer, les intellectuels Alain Minc ou Jacques Attali.

19.02-mur.des.cons.1280

© Capture YouTube

Le SM s'était défendu, qualifiant le mur de "défouloir" et regrettant des images captées à son insu "dans un lieu privé (...) qui n'est pas accessible au public". Françoise Martres avait été mise en examen pour "injures publiques".

Visée par douze plaintes, elle a à ce stade été renvoyée en procès dans deux cas, où les victimes sont les élus UMP Jacques-Alain Bénisti et Valérie Debord, a précisé la source judiciaire.