Mugs de la présidence : l'Élysée qui commande une "pseudo porcelaine de Limoges, c'est ubuesque !"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Après la polémique soulevée par la vente de mugs estampillés "porcelaine de Limoges" sans en respecter les critères sur la boutique en ligne de l'Élysée, les professionnels du secteur s'indignent.

Parmi les produits dérivés vendus par l'Élysée depuis jeudi, des mugs à l'effigie d'Emmanuel Macron et vendu 35 euros abusivement estampillés "porcelaine de Limoges" font polémique. 

Entreprise en Dordogne, décoration près de Toulouse. À l'origine de ce raté, l'entreprise Mug in France implantée en Dordogne et qui fait décorer ses tasses près de Toulouse. La société française reçoit une commande de l'Élysée : la fabrication de trois modèles de tasses estampillées "présidence de la République". Mais les récipients portent également une petite inscription qui révoltent les professionnels du secteur : "porcelaine de Limoges". 

"Porcelaine de Limoges" est une IGP. Or depuis décembre dernier, cette mention est une indication géographique protégée (IGP) et donc les produits qui la portent doivent répondre à des critères très précis. La fabrication à Limoges ou dans le département de la Haute-Vienne est obligatoire.

Alain Mouly, président de l'Union des fabricants de porcelaine de Limoges, dénonce une tromperie sur la marchandise. "Ce qui m'a vraiment mis hors de moi, c'est que l'État français délivre les labels pour garantir au consommateur qu'il achète un produit authentique en toute transparence et que la présidence la République ait passé une commande sur une pseudo-porcelaine de Limoges", s'est-il indigné sur Europe 1. "C'est quand même ubuesque !"

Des mugs désormais "porcelaine française". Face à la polémique, l'entreprise a détruit son stock de mugs, plaidant la bonne foi et la méconnaissance des règlements. Les 300 tasses finalement livrées à l'Élysée portent cette fois-ci la mention bien plus large de "porcelaine française". Mais l'histoire a laissé des traces : à l'avenir, l'Élysée ne se fournira plus auprès de Mug in France.