Mortalité routière : appel à la prudence avant le chassé-croisé estival

  • A
  • A
Mortalité routière : appel à la prudence avant le chassé-croisé estival
Le délégué interministériel à la sécurité routière estime qu'il y a "un problème de conscience collective" et pointe le rôle des smartphones.@ PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :

Le délégué interministériel à la sécurité routière estime qu'il y a "un problème de conscience collective" et pointe le rôle des smartphones.

Le délégué interministériel à la sécurité routière, Emmanuel Barbe, a appelé mardi automobilistes et cyclistes à la prudence lors du traditionnel chassé-croisé estival ce week-end, au lendemain de l'annonce d'une forte hausse de la mortalité routière en juin. Le nombre de morts a augmenté de 15,4% avec 329 personnes tuées sur les routes de France, confirmant une tendance haussière pour 2017, selon la Sécurité routière.

"Problème de conscience collective." "C'est un mauvais bilan, il est inacceptable. D'autant qu'aux morts vous devez ajouter sept fois plus de blessés graves", a déclaré Emmanuel Barbe sur RMC. Parmi les causes de ces mauvais chiffres, "il y a un problème de conscience collective", a-t-il jugé. 

Le smartphone, une distraction "phénoménale". "Il y a un moment où on ne peut pas mettre un policier dans chaque voiture. Donc j'en appelle en cette veille de départs à ce que chacun se rende compte (qu'être sur la route) est un acte qui engage beaucoup de responsabilités", a-t-il déclaré. Emmanuel Barbe a souligné le rôle du smartphone, qui en permettant de signaler les radars, "a un impact sur les vitesses", mais représente surtout une distraction "phénoménale".

Des cyclistes "très imprudents". Interrogé sur la forte hausse du nombre de cyclistes tués sur la route (+22% sur 12 mois par rapport à 2010), il a souligné qu'"un certain nombre de cyclistes sont très imprudents et ignorent certaines règles, notamment les angles morts des poids lourds (...), une des causes assez fréquentes de mort". Il a également invité tous les cyclistes "à porter un casque parce que ça éviterait quand même beaucoup des traumatismes et des décès".