Mort d'une femme dans l'Aude : un suspect écroué

  • A
  • A
Mort d'une femme dans l'Aude : un suspect écroué
Le suspect a été écroué dimanche.@ JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Partagez sur :

Un homme a été mis en examen dimanche pour meurtre et tentative de viol après la mort d'une femme dans l'Aude. Un mégot de cigarette portant son ADN a été retrouvé non loin du cadavre.

Un homme de 31 ans a été mis en examen et écroué dimanche pour "meurtre" et "tentative de viol" dans le cadre de l'enquête sur la mort d'une femme de 42 ans retrouvée début janvier dans l'Aude, a indiqué le parquet. Interpellé vendredi à son domicile dans l'Hérault et placé en garde à vue pendant 48h, le suspect nie toute implication dans les faits qui lui sont reprochés, a indiqué lors d'une conférence de presse le procureur de la République de Narbonne, David Charmatz.

Un mégot de cigarette le met en cause. Néanmoins, des "éléments objectifs" le mettent en cause, selon le magistrat : un "mégot de cigarette" portant son ADN a été retrouvé non loin du corps de la victime et son téléphone a "borné" à trois reprises dans le secteur au cours des jours précédents, a-t-il indiqué. Le trentenaire est par ailleurs la "dernière personne qui a été vue en compagnie de la victime, le 1er janvier", selon la même source. La compagne du suspect, elle aussi placée en garde à vue vendredi, a été mise hors de cause et remise en liberté.

La victime connaissait le présumé agresseur. Le corps de la victime, portée disparue le 4 janvier, avait été découvert le même jour par un joggeur au bord d'une route sur la commune de Bize-Minervois, dans l'Aude. Une information judiciaire avait été ouverte cinq jours plus tard. La victime, qui "ne portait pas de chaussures et avait un simple collant", présentait des "traces de défense relevées sur les membres supérieurs", avait alors indiqué le parquet. L'autopsie a déterminé que la mort avait été causée par des "coups violents" portés à la tête, entre le 1er et le 2 janvier. Le suspect habitait à quelques kilomètres de la victime et les deux "se fréquentaient", a simplement indiqué le procureur. Son casier judiciaire comporte plusieurs condamnations pour des délits, dont des "violences conjugales", selon la même source.