Mort à 86 ans d'Edmond Maire, secrétaire général de la CFDT de 1971 à 1988

  • A
  • A
Mort à 86 ans d'Edmond Maire, secrétaire général de la CFDT de 1971 à 1988
À l'origine du recentrage de la centrale syndicat, il avait été le dirigeant emblématique de la CFDT pendant 17 ans. @ AFP
Partagez sur :

À l'origine du recentrage de la centrale syndicat, il avait été le dirigeant emblématique de la CFDT pendant 17 ans. 

Edmond Maire, dirigeant emblématique de la CFDT de 1971 à 1988 et artisan du "recentrage" de la centrale syndicale, est décédé dimanche à l'âge de 86 ans "des suites d'une maladie", a annoncé sa famille dans un communiqué.

L'ancien secrétaire général, "entouré de sa famille, est décédé ce (dimanche) matin des suites d'une maladie, à l'âge de 86 ans", selon le communiqué de la famille, qui précise que ses obsèques "auront lieu dans l'intimité".

Partisan de la ligne du "réformisme". Né en 1931 dans un famille catholique, ce chimiste de formation avait participé à la création de la CFDT en 1964, née d'une scission de la CFTC, avant d'en devenir le secrétaire général en 1971. Il engagera en 1978 le "recentrage" de la CFDT, qui adoptera avec lui la ligne du "réformisme", avant de passer la main à son successeur Jean Kaspar en 1988.

Dernière apparition en 2016. Edmond Maire avait fait ses dernières apparitions publiques en juillet 2016, lors de l'hommage national à l'ancien Premier ministre Michel Rocard, et en janvier dernier aux obsèques de François Chérèque, l'un de ses successeurs à la tête de la CFDT. L'un de ses fils, Jacques Maire, est devenu en juin dernier député de la République en marche dans les Hauts-de-Seine.

La CFDT "perd un repère". Laurent Berger a perdu un "repère", en la personne de l'ancien leader cédétiste Edmond Maire décédé dimanche, et la CFDT pleure l'un "des fondateurs de (son) type de syndicalisme", a déclaré l'actuel numéro un de la CFDT. "On perd une référence, on perd un immense syndicaliste, un des fondateurs de notre type de syndicalisme, et donc c'est un jour très très triste", a estimé Laurent Berger, aux manettes du syndicat depuis 2012.



La CFDT a annoncé qu'elle rendrait hommage "à la hauteur de ce qu'elle lui doit" et de qu'Edmond Maire "a apporté au syndicalisme et à la France". 





La maire (PS) de Lille Martine Aubry a rendu hommage à un homme à qui elle devait, outre son père Jacques Delors, "ses engagements". 



L'ex-Premier ministre Manuel Valls a de son côté salué "une incarnation de la gauche et du syndicalisme réformismes".