Morano veut faire évoluer l’accouchement sous X

  • A
  • A
Morano veut faire évoluer l’accouchement sous X
Partagez sur :

La secrétaire d’Etat à la famille estime que "la mère devrait laisser son identité lors de l’accouchement, et l'enfant pourrait y accéder à sa majorité".

Nadine Morano veut changer les règles de l’accouchement sous X. La secrétaire d’Etat à la Famille et à la Solidarité a évoqué l'idée d'un "accouchement protégé dans la discrétion", dans une interview au Figaro jeudi.

Après l’accouchement, "la mère devrait laisser son identité et l'enfant pourrait y accéder à sa majorité s'il le souhaite. L'existence de la mère serait ainsi protégée jusqu'aux 18 ans de l'enfant et elle aurait le temps de se préparer. Actuellement, rien n’oblige la mère à donner son identité lors d’un accouchement sous X.

Les mères qui auraient recours à un accouchement protégé devraient également "laisser leurs coordonnées médicales, car un enfant atteint d'une maladie génétique ou ayant besoin d'une greffe par exemple, doit pouvoir y accéder".

Interrogée sur une décision de la Cour de cassation jeudi, qui empêche les grand-parents d'un enfant né sous X de s'opposer à son adoption, la secrétaire d’Etat a émis quelques réserves : "la justice a dit le droit. Il s’agit pour la justice, avant tout, de respecter l'intérêt supérieur de l'enfant et sa stabilité". Pour autant, Nadine Morano assure qu’"un adulte ne peut construire sa vie sans connaître ses origines" et pose "la question de la connaissance de ses racines".