Montigny-les-Metz : Heaulme raconte sa journée du 28 septembre 1986

  • A
  • A
Montigny-les-Metz : Heaulme raconte sa journée du 28 septembre 1986
Francis Heaulme comparaît pour la deuxième semaine consécutive devant les assises de la Moselle.@ BENOIT PEYRUCQ / AFP
Partagez sur :

Peu disert depuis l'ouverture de son procès pour le meurtre de deux enfants à Montigny-lès-Metz le 28 septembre 1986, Francis Heaulme a répondu en boucle mercredi : "J'me rappelle pas".

Le 28 septembre 1986, deux enfants étaient assassinés à Montigny-lès-Metz. Pour la première fois après sept jours d'audience, la journée de ce double meurtre a été au cœur des débats mercredi aux assises de Metz. Plus de 30 ans après, Francis Heaulme, tueur en série accusé de ce meurtre, est revenu sur le déroulé de sa journée avec une étonnante précision.

Il a ainsi raconté être parti à vélo de chez sa grand-mère à 13h, être arrivé à 13h30 à Montigny, avoir tourné au feu rouge, être passé sous le tunnel, avoir reçu des pierres lancées par les gamins en haut du talus. Les victimes, Cyril Beining et Alexandre Beckrich, 8 ans, avaient l'habitude de jeter des cailloux depuis le talus SNCF sur lequel leurs corps ont été retrouvés, le crâne défoncé à coups de pierre. "Je me suis arrêté, il n'y avait plus personne, je suis reparti", a-t-il ajouté. 

"Ce n'est pas moi". Francis Heaulme a expliqué ensuite avoir passé alors quelques heures sur la tombe de sa mère. Il a assuré qu'au retour, il ne s'est même pas arrêté à Montigny, alors qu'on le soupçonne d'avoir voulu donner une correction aux enfants. Mercredi il l'a martelé : "Les enfants je ne les ai pas touchés, ce n'est pas moi".

"Je sais pas". Le président a essayé de faire le tri dans toutes les versions que celui que l'on surnomme "le routard du crime" a données de cette journée. Mais Heaulme a assuré alors ne plus se souvenir. Il n'a pas été davantage loquace lorsqu'on lui a demandé d'évoquer son emploi du temps du lendemain : "Je sais pas", a-t-il affirmé. Malgré les différentes tentatives du président pour le faire s'expliquer, rien n'est sorti de la bouche d'Heaulme. L'accusé l'a répété en boucle : "J'me rappelle pas".