Moins de fumeurs quotidiens parmi les jeunes mais la France fume encore trop

  • A
  • A
Moins de fumeurs quotidiens parmi les jeunes mais la France fume encore trop
Un tiers des Français de 15 à 75 ans sont des fumeurs quotidiens.@ JOHANNES EISELE / AFP
Partagez sur :

L'enquête baromètre santé 2016 révèle que, même s'il recule chez certaines catégories de personnes, le tabagisme est encore trop présent en France.

Le tabagisme quotidien a diminué parmi les hommes de 25-34 ans et les jeunes femmes de 15-24 ans entre 2010 et 2016 en France, selon l'enquête Baromètre santé 2016, qui constate cependant une tabagie globale toujours élevée, et en hausse chez les moins favorisés.

Un tiers de fumeurs quotidiens chez les 15-75 ans. L'enquête, réalisée auprès de plus de 15.000 personnes de France métropolitaine âgées de 15 à 75 ans, est publiée mardi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l'agence sanitaire Santé publique France.

"En France, en 2016, 34,5% des 15-75 ans fumaient du tabac, 28,7% quotidiennement. Des chiffres qui sont stables depuis 2010, après la hausse observée entre 2005 et 2010", selon le BEH, qui déplore cependant le maintien d'un tel niveau.

Une part de fumeurs nettement plus élevée que chez nos voisins européens. Avec un tiers de fumeurs, la fréquence du tabagisme en France reste d'ailleurs "nettement plus élevée que dans les pays voisins : l'Allemagne compte environ un quart de fumeurs, comme l'Espagne, la Belgique et les Pays-Bas; l'Italie et la Grande-Bretagne en comptent environ un cinquième", note le Bulletin.

Les États-Unis et l'Australie ont un niveau de tabagisme nettement inférieur aux pays d'Europe occidentale, avec environ 15% de fumeurs parmi les adultes en 2014-2015. "Dans ces pays, aux contextes sociétaux et de politique de lutte anti-tabac variés, la tendance est, contrairement à la France, une baisse continue de la prévalence du tabagisme, plus ou moins forte selon les pays, depuis le début des années 2000", ajoute le BEH.

Des "résultats encourageants" néanmoins. Néanmoins, entre 2010 et 2016, la fréquence du tabagisme quotidien a diminué parmi les hommes de 25-34 ans (de 47,9% à 41,4%) et parmi les femmes de 15-24 ans (de 30% à 25,2%). Une diminution qualifiée de "résultat encourageant pour l'avenir" par les auteurs de l'étude.

À l'inverse, elle a augmenté parmi les 55-64 ans (de 15,5% à 21,1%) et parmi les 65-75 ans (de 5,7% à 8,9%).

Inégalités sociales. Au cours de la même période, la fréquence du tabagisme quotidien a augmenté de 35,2% à 37,5% parmi les personnes aux revenus de la tranche la plus basse, alors qu'elle a diminué de 23,5 à 20,9% parmi celles disposant des revenus de la tranche la plus haute.

"Les écarts selon le niveau de diplôme suivent une tendance similaire, témoignant ainsi d'une augmentation des inégalités sociales en matière de tabagisme", constatent les auteurs.

Le recours à la e-cigarette en baisse. Ces résultats "incitent à poursuivre de façon affirmée la lutte contre le tabagisme, en veillant notamment à ce que les personnes vivant dans les conditions les plus défavorisées bénéficient de plus d'attention et d'aides spécifiques pour arrêter de fumer", résume le BEH.

Quant à l'e-cigarette, son usage a baissé en 2016 par rapport à 2014, avec 3,3% d'utilisateurs chez les 15-75 ans (contre 5,9% deux ans auparavant) et 2,5% d'usagers quotidiens (contre 2,9%).