Migrants : des associations, reçues à l'Elysée, demandent une "conférence nationale" sur l'accueil

  • A
  • A
Migrants : des associations, reçues à l'Elysée, demandent une "conférence nationale" sur l'accueil
Des migrants à Calais. @ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Les associations reçues lundi ont réitéré leur demande d'"une clarification de la politique du gouvernement" ainsi que "l'organisation d'une conférence nationale".

Une délégation d'associations d'aide aux migrants, reçue lundi à l'Élysée, a demandé la tenue prochaine d'une "conférence nationale" sur l'accueil, dans le sillage d'une pétition appelant à un "changement radical" de la politique migratoire de la France, a-t-on appris auprès de participants.

La rencontre, organisée avec la conseillère "réfugiés" et la conseillère "droits humains" du cabinet d'Emmanuel Macron, a réuni des associations telles qu'Amnesty International France, le CCFD-Terre solidaire, le Gisti, Emmaüs, ainsi que des collectifs d'aide aux migrants, ont indiqué plusieurs participants.

Pour une "clarification de la politique du gouvernement". Ces organisations avaient signé une pétition à la mi-juin, avec 430 associations et membres de la "société civile", pour demander au chef de l'État un "changement radical de la politique migratoire" et la tenue d'une vaste conférence afin "qu'émergent des politiques alternatives d'accueil et d'accès aux droits, empreintes de solidarité et d'humanité".

Sortir de la logique de la réaction, se poser, discuter tranquillement

Les associations reçues lundi ont réitéré leur demande d'"une clarification de la politique du gouvernement" ainsi que "l'organisation d'une conférence nationale", a-t-on appris auprès de l'un des participants. Sur ce dernier point, "nous attendons une réponse dans les prochains jours", a précisé à l'AFP Jean-François Dubost, responsable du pôle "protection des populations" à Amnesty International France.

L'exécutif prépare "un plan". Sollicité, l'Élysée ne s'est pas exprimé sur cette réunion. Il s'agirait de réunir autour d'une table associations, collectifs de terrain, opérateurs ainsi que des représentants de tous les ministères concernés par la question des migrants (Logement, Santé, Justice...), a ajouté Jean-François Dubost, plaidant pour que la conférence ne soit pas placée sous la houlette du seul ministère de l'Intérieur.

Alors que le gouvernement planche sur un "plan" sur les migrants et la demande d'asile qui pourrait faire l'objet d'une communication en conseil des ministres dans les quinze jours, Jean-François Dubost a appelé à "sortir de la logique de la réaction" et, au contraire, de "se poser pour discuter tranquillement". La pétition appelait notamment à "mettre un terme aux violences policières" visant les migrants ainsi qu'à "l'intimidation à l'égard de citoyens ou associations, qui sur le terrain s'efforcent d'assurer accueil et solidarité à leur égard".