Michel Mercier : après les filles, l'enquête a été élargie à son épouse

  • A
  • A
Michel Mercier : après les filles, l'enquête a été élargie à son épouse
Michel Mercier a renoncé à siéger au Conseil constitutionnel.@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

Visé par une enquête préliminaire pour "détournements de fonds", Michel Mercier a dû répondre devant les enquêteurs du travail de son épouse, qu'il aurait employée comme collaboratrice de 1995 à 2009.

Des airs de "Penelopegate" ? Deux jours après avoir renoncé à briguer un siège au Conseil Constitutionnel, Michel Mercier, ancien garde des Sceaux, a été entendu en audition libre mercredi par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales (OCLCLIFF). Les révélations autour des emplois que l'élu aurait accordé à ses filles, mais aussi à sa femme, comme le révèle Le Parisien vendredi matin, laissent soupçonner la mise en place d'une "véritable PME familiale", selon la formule du quotidien, ce qui n'est pas sans rappeler l'affaire d'emplois fictifs présumés qui a handicapé la campagne présidentielle du candidat Les Républicains François Fillon.

Deux filles employées au Sénat. C'est par Le Canard enchaîné que l'information est sortie le 2 août : Michel Mercier, sénateur du Rhône de 1995 à 2009 puis à nouveau depuis 2012, a employé au Sénat ses deux filles. D'abord l'aîné, Véronique, de 2003 à 2010, comme chargée de mission auprès du groupe Union centriste dont son père a été le président, puis, de 2010 à 2012, dans les différents ministères que celui-ci a occupé sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy (Aménagement du territoire et Justice). Son autre fille Delphine, historienne de l'art, a elle été employée à temps partiel au Palais du Luxembourg de 2012 à 2014 comme assistante parlementaire chargée des questions culturelles. Un poste rémunéré 2.000 euros brut par mois.

La jeune femme réside alors à Londres pour un poste fixé à Paris, relève encore le palmipède dans ses colonnes. Elle est également employée comme responsable des collections d'ethnographie de l'University College London, à en croire son CV en ligne, quand son contrat en France précise qu'elle n'exerce pas d'autres activités. Le jour même de ces révélations, Michel Mercier, auditionné par la Commission des Lois du Sénat, se défend, rappelle la légalité d'une pratique qui a pourtant contribué à faire basculer l'élection présidentielle.

Sa femme employée en circonscription. Selon les informations du Parisien, l'enquête préliminaire pour "détournements de fonds" qui vise l'ex-garde des Sceaux porte également sur des faits antérieurs à l'embauche de ses filles : Michel Mercier aurait en effet employé sa femme comme collaboratrice de 1995 à 2009. Devant l'OCLCIFF, l'ancien ministre aurait fait valoir la réalité du travail exercé par cette dernière, rapporte le quotidien. Joëlle Mercier était chargée selon lui d'assurer le lien avec sa circonscription. Ironie du sort, le jour même de cet interrogatoire, l'Assemblée nationale adoptait la loi de moralisation de la vie publique, interdisant les emplois familiaux. 

Un fils au Conseil départemental. Dans son édition du 9 août, Le Canard enchaîné cible un autre membre de la famille : Bruno, le fils de Michel Mercier. Ce moniteur de ski serait rentré en 2007 au Conseil départemental du Rhône, dont son père assure alors la présidence, comme "superviseur à la maison départementale des personnes handicapées" avant de devenir "responsables sport de nature et randonnées" du conseil. Attendu pour siéger rue de Montpensier à la suite de Nicolas Belloubet nommée au ministère de la Justice, Michel Mercier a préféré jeter l'éponge mardi, niant dans un communiqué une "intention frauduleuse" et précisant sa volonté d'"apporter toutes les explications nécessaires" aux enquêteurs.