Mensonge et conflit d'intérêt : un pneumologue devant la justice

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le pneumologue Michel Aubier est jugé mercredi à Paris pour avoir menti sur ses liens avec le groupe Total lors d'une audition par une commission sénatoriale.

C'est le procès d'un mensonge et d'un conflit d'intérêt. Un pneumologue de renom, Michel Aubier, est jugé mercredi après-midi à Paris. Il y a deux ans, il avait témoigné au Sénat, interrogé sur le coût financier de la pollution de l'air, sans préciser qu'il travaillait pour le pétrolier Total. Il s'était alors simplement présenté comme chef de service à l'hôpital Bichat.

Cancer et pollution. Sous serment, il avait promis qu'il n'avait aucun lien avec les acteurs économiques du secteur, avant de défendre l'idée que le nombre de cancers liés à la pollution était extrêmement faible. 

Payé très honorablement par Total. Depuis 1997 pourtant, il occupe, en plus de ses fonctions à Bichat et à l'université, le poste de médecin-conseil pour la direction de Total. Il reconnaîtra plus tard devant les mêmes sénateurs qu'il était payé 50.000 à 60.000 euros par an. Mais en réalité, entre 2012 et 2014, c'est plutôt 150.000 euros par an qu'il a reçus du groupe pétrolier.

"Le procès de la cupidité". "Mentir comme ça, devant une commission sénatoriale et plus largement, avoir menti pour des questions financières sur le dos de la santé des Français, c'est honteux", a réagi mercredi Nadir Saifi, de l’association "Ecologie sans frontière", au micro d'Europe 1. Il sera partie civile lors du procès. "C'est le procès de la cupidité et du sentiment d'impunité qu'il y a chez ces gens là", a-t-il ajouté.

Il risque jusqu'à 5 ans de prison. Devant la police judiciaire, le professeur Aubier, 67 ans aujourd'hui et à la retraite, a lui répété qu'il n'y avait pas de conflit d'intérêt et qu'il avait gardé son indépendance. Mais pas de quoi convaincre le procureur de Paris. Le pneumologue risque jusqu'à cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende.