Meeting pro-Erdogan à Metz : "Incompréhensible" pour Pierre Lellouche (LR)

  • A
  • A
Meeting pro-Erdogan à Metz : "Incompréhensible" pour Pierre Lellouche (LR)
Pour Pierre Lellouche, "il est incompréhensible que le gouvernement Hollande-Cazeneuve ait autorisé le meeting électoral prévu à Metz ce dimanche".@ AFP
Partagez sur :

Une association turque tient une réunion publique dimanche à Metz avec un ministre refoulé aux Pays-Bas.

Le député LR Pierre Lellouche a jugé dimanche "incompréhensible" que le gouvernement ait autorisé la tenue à Metz du "meeting électoral" d'une association turque à Metz, à laquelle doit se rendre le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu. "Il est hors de question d'accepter que des gouvernements étrangers, qui bafouent chez eux la démocratie, utilisent, sans vergogne, nos principes démocratiques pour faire campagne dans nos pays, auprès de leurs ressortissants immigrés chez nous", a dit l'élu dans un communiqué.

Crise entre la Turquie et les Pays-Bas. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a atterri samedi soir à Metz, alors que plus tôt dans la journée, il avait été interdit d'entrée aux Pays-Bas, ce qui a provoqué une crise diplomatique entre ces deux pays. Mais pour Pierre Lellouche, "le gouvernement de La Haye a été bien inspiré" en interdisant cette visite et un meeting prévu à Rotterdam. "Dans ce contexte, il est incompréhensible que le gouvernement Hollande-Cazeneuve ait autorisé le meeting électoral prévu à Metz ce dimanche", a-t-il ajouté.



"Liberté de réunion". Nicolas Dupont-Aignan, candidat à la présidentielle de Debout la France, a estimé pour sa part que "les autorités françaises ont choisi, une nouvelle fois, le déshonneur", affirmant que "le gouvernement se tait honteusement et se couche devant les exigences turques".

"Cette réunion s‘inscrit dans le cadre de la liberté de réunion, et cette liberté de réunion ne peut être contrainte que quand il y a des menaces à l’ordre public", a précisé au micro d’Europe 1 Alain Carton, secrétaire général de la préfecture de Moselle. "Il n’y a pas de risques avéré. C’est la raison pour laquelle elle peut se dérouler", conclut-il… Et Recep Tayyip Erdogan, tout en fustigeant le prétendu "nazisme" des Néerlandais, a félicité la France de "ne pas être tombée dans ce piège".