MDMA : "la dépendance est très discrète"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Sur Europe 1, Louisiane C. Dor évoque la période où elle était accro à la MDMA, une amphétamine très prisée par des fêtards.

INTERVIEW

Louisiane C. Dor, 22 ans est écrivain et ancienne accro à la MDMA (méthylènedioxy-méthamphétamine). Régulièrement, elle prenait cette drogue, une amphétamine très prisée par des fêtards et consommée principalement en "para" (la poudre est enroulée dans une feuille à rouler, puis absorbée avec un verre d'alcool ou d'eau). Jusqu'au jour où, sans s'en rendre compte, elle est devenue accro. Dans son livre Les méduses ont-elles sommeil ?, elle revient sur cette période, entre histoire mi-véritable et mi-romancée.

La MDMA, c'est quoi ? Les acheteurs consomment cette drogue pour ses caractéristiques empathogènes. Une fois ingérée, le consommateur ressent en effet une sensation de bonheur, d'euphorie, d'amour universel. Un bien-être généralisé sur l'instant, dû à une libération massive de sérotonine (un neurotransmetteur) induite par la prise de MDMA. Apparue dans le milieu de la rave dans les années 1990, la "MD" ou "D" fait son grand retour en Europe ces dernières années.

"La descente". Les risques à court, moyen et long terme, sont bien présents. Principal effet connu de tout consommateur : "la descente", qui apparaît le lendemain d'une prise de MDMA. Louisiane C. Dor appelle cet état "un suicide temporaire". Les sensations peuvent durer de 24h à 72h, durant lesquelles des sentiments d'angoisse et de paranoïa peuvent apparaître. Pourquoi de tels effets ? Fortement stimulée pendant la prise, la sérotonine manque ensuite au cerveau. "On a l'impression que notre vie c'est de la merde", décrit la jeune femme dans Il n'y en a pas deux comme elle. Si les prises se répètent régulièrement, les conséquences peuvent être plus graves : dépression, insomnie, anxiété, perte de poids et de cheveux.

Un déménagement qui change tout. "On pense ne pas être accro car on n'a pas de dépendance physique", raconte Louisiane C. Dor. "Mais on finit par sortir pour seulement consommer, la dépendance est très discrète", indique la jeune femme. Prendre de la MDMA, "je voyais ça comme quelque chose de glamour", confie-t-elle.

Louisiane C. Dor a pris conscience de son état et de sa dépendance lorsqu'elle a déménagé. "Mes amies m'appelaient de Paris pour me raconter leur soirée. Elles étaient dans un état pitoyable et je trouvais ça pathétique. Ça ne m’intéressait plus du tout", explique Louisiane C. Dor. "Les méduses" est le terme qu'elle a choisi pour désigner les consommateurs de MDMA. Pourquoi ? "Car ils sont à la fois légers, somptueux, transparents, toxiques et venimeux".

Louisiane C. Dor est auteure de "Les méduses Les méduses ont-elles sommeil ?" (Gallimard)