Marseille : la mairie tire un trait sur le projet de grande mosquée

  • A
  • A
Marseille : la mairie tire un trait sur le projet de grande mosquée
La ville de Marseille va mettre un terme au projet de grande mosquée. @ ODD ANDERSEN / AFP
Partagez sur :

Le projet, vieux de 9 ans, ne verra pas le jour, faute de financement de l'association en charge de l'édification. 

Marseille, qui compte environ un quart d'habitants musulmans, n'aura pas sa grande mosquée. La mairie a décidé de résilier le bail du terrain où elle devait être construite, mettant un terme à un projet vieux de 9 ans et déjà moribond. Lundi, le conseil municipal doit notamment se pencher sur le rapport 235, qui porte sur la "résiliation du bail emphytéotique administratif conclu par la ville de Marseille au bénéfice de l'association La mosquée de Marseille pour l'édification d'une mosquée". La ville avait consenti ce bail de 50 ans en 2007 pour un terrain de 8.000 m2 sur le site des anciens abattoirs au nord de la ville, dans le 15e arrondissement.

Des dettes de plus de 60.000 euros. La ville évoque plusieurs raisons pour la résiliation du bail, révélée par le quotidien La Provence mardi. "Depuis 2013, nous avons des soucis de recouvrement" des loyers, a expliqué Marie-Agnès Caradec, l'adjointe à l'urbanisme en charge du dossier : "Aujourd'hui, les dettes cumulées s'élèvent à 62.000 euros", soit trois ans de loyer. D'autre part, "un permis de construire a été délivré en 2009. Le bail prévoyait 7 ans pour construire la mosquée. Aujourd'hui, rien n'a été entrepris", poursuit l'adjointe.

Un chantier à l'abandon. Le projet, lancé il y a presque 10 ans, n'a en fait jamais dépassé le stade de la première pierre. En 2010, après avoir réglé des problèmes de parking - le projet initial n'en avait pas prévu - et malgré des recours déposés en justice par des opposants, cette première pierre avait été posée. En 2013, le chantier était officiellement lancé. Mais, faute de financement et sur fond de dissensions au sein de l'association porteuse du projet aux côtés de la mairie, il n'a jamais réellement commencé. Aujourd'hui, le terrain est à l'abandon et les bâtiments actuels ne sont toujours pas rasés, l'association n'ayant pas réuni l'argent pour entamer les travaux.