Mariage posthume pour un militaire tué en Afghanistan

  • A
  • A
Mariage posthume pour un militaire tué en Afghanistan
Partagez sur :

La compagne d'un jeune militaire français tué en 2008 en Afghanistan s'est vu accorder le droit à un mariage posthume.

Par décret du président Nicolas Sarkozy, la compagne du soldat Damien Gaillet, tué en 2008 en Afghanistan, a reçu l'autorisation de se marier à titre posthume. Une procédure très rare. L'Elysée n'est saisi que d'une cinquantaine de demandes par an.

Le parquet de Caen, ville d'où est originaire le jeune homme, a confirmé cette information mais s'est refusé à tout commentaire sur une "affaire civile purement confidentielle".

Selon le site internet de Ouest-France, le décret a été rendu 20 mai et la jeune femme doit désormais entreprendre les démarches propres à toute union. "Le mariage sera réputé célébré à la date du jour précédant la mort du jeune soldat", précise le quotidien régional.

Damien Gaillet, 20 ans, avait été tué à l'été 2008 dans l'embuscade la plus meurtrière subie par les militaires français depuis leur arrivée en Afghanistan. Dix militaires français du 8e RPMA avaient été tués. Le jeune homme s'était engagé dans l'armée depuis un an. Un hommage national avait été rendu aux dix soldats aux Invalides en présence de Nicolas Sarkozy. Après l'éloge funèbre, le chef de l'Etat avait déposé sur chaque cercueil, recouvert d’un drapeau tricolore, la croix de chevalier légion d'honneur à titre posthume et annoncé que la Croix militaire leur avait été décernée.

Rachida Dati, ministre de la Justice à l'époque, avait donné pour consigne à la direction des affaires civiles de la Chancellerie que les demandes éventuelles de mariage posthume aux compagnes des soldats tués soient étudiées en priorité.