Manifestation de soutien à Théo : "avec un public extrêmement hétéroclite, on est certains d'avoir du trouble", affirme un syndicat de police

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Le syndicat de police "Synergie" craint des troubles lors de la manifestation pacifique de samedi après-midi à cause de "l'hystérisation" de la situation actuelle.

INTERVIEW

Un nouveau rassemblement en soutien à Théo et contre les violences policières va se tenir samedi après-midi et cette fois-ci, ce sera en plein coeur de Paris, place de la République. La police redoute que des fauteurs de trouble se joignent aux manifestants pacifiques. Patrice Ribeiro, secrétaire général du syndicat de police "Synergie", explique ses craintes au micro d'Europe 1 samedi.

"Ce n'est pas bon pour l'apaisement des tensions". "Nous sommes effectivement inquiets sur les débordements possibles. Ces rassemblements, ils sont initiés par les mêmes extrémistes qu'on a trouvés à Nuit Debout ou dans les manifestations contre la loi Travail. Ce sont des gens qui savent qu'en appelant à manifester avec un public extrêmement hétéroclite, qui va du militant de l'ultra-gauche au casseur de banlieue, on est certain d'avoir du trouble. Tout cela n'est pas bon pour la démocratie et surtout ce n'est pas bon pour l'apaisement des tensions qu'il peut y avoir aujourd'hui dans certains quartiers", explique le syndicaliste.

Les organisateurs de la manifestation tenus pour responsables de tout débordement. "Nous préférerions que des appels à la manifestation, qui sont un droit constitutionnel, le soient dans la mesure et le discernement et certainement pas dans 'l'hystérisation', avec des postures de commissaire politique ou de Khmers rouges, comme on peut le voir chez SOS Racisme ou chez d'autres."

"Ces gens qui dénoncent l'amalgame en permanence font l'amalgame avec les policiers. Donc encore une fois, ils portent une très lourde responsabilité sur ce qu'il peut se passer. Et si, dans les jours et les semaines qui viennent, il y a des drames, notamment contre les policiers, ils devront en répondre."