Maltraitance animale : après la vidéo de L214, Panzani s'engage à ne plus utiliser d'oeufs de poules élevées en batterie

  • A
  • A
Maltraitance animale : après la vidéo de L214, Panzani s'engage à ne plus utiliser d'oeufs de poules élevées en batterie
Les oeufs de l'élevage Geslin étaient couverts de puces@ AFP PHOTO / L214 - ÉTHIQUE & ANIMAUX
Partagez sur :

Le groupe Panzani a assuré par ailleurs que sa filiale Lustucru Frais n'a jamais été approvisionnée par les oeufs issus de l'élevage Geslin mis en cause par L214.

Après la diffusion mardi par l'association L214 d'une nouvelle vidéo choc tournée dans un élevage de poules pondeuses en batterie, le groupe Panzani a annoncé dans un communiqué qu'il renonçait à avoir recours à des oeufs issus de ce type d'élevage.

Des images choquantes. La vidéo, postée mardi par l'association de défense des animaux, a été tournée dans un élevage vendéen de poules pondeuses appartenant au groupe Geslin, fournisseur d'oeufs frais pour la marque Lustucru appartenant au groupe Panzani. On y voyait des poules entassées, déplumées et en très mauvais état de santé. Le géant industriel a réagi le jour même dans un communiqué. "La société Lustucru Frais partage l'indignation des consommateurs face à ces images insoutenables", précisant que l'élevage incriminé n'a "jamais fourni le moindre produit à la Société Lustrucru Frais."

Un audit et des oeufs hors cages en 2025. Le groupe s'est néanmoins engagé à "réaliser immédiatement un audit sur les conditions d’élevage de la société Geslin [où a été tournée la vidéo], audit qui sera confié à un cabinet indépendant, la société Véritas". Dans l'attente des résultats de cet audit, la marque ne sera plus approvisionnée par les oeufs de la société mise en cause. En outre, la marque a réaffirmé son objectif "d'être à 100% d'oeufs hors cage d'ici 2025".

Une avancée pour L214. Une réactivité saluée par L214. "La décision du Groupe Panzani et de sa filiale Lustucru Frais contribuera à améliorer les conditions d'élevage d'un nombre conséquent de poules", affirme Brigitte Gothière, porte-parole de L214.