Malgré la menace terroriste, les fidèles se sont rendus à la messe

  • A
  • A
Partagez sur :

Les messes se sont déroulées sans incident mais sous haute protection, samedi soir. Les fidèles sont venus en nombre, notamment à Notre-Dame-de-Paris.

Les offices se sont déroulés sans heurt mais sous haute protection samedi soir, notamment dans les grandes villes. 91.000 policiers, gendarmes et militaires sont mobilisés tout le week-end et dans l'ensemble du pays pour assurer la sécurité dans ce contexte de menace terroriste. À Notre-Dame-de-Paris, ce dispositif renforcé n'a pas découragé les fidèles de venir nombreux à la messe de minuit.

"Un moment d'apaisement". Avant d'entrer dans l'édifice, chacun devait ouvrir son manteau, montrer sons sac et passer aux détecteur de métaux. Mais une fois sous les majestueuses arches gothiques de la cathédrale, ces petites contraintes étaient oubliées face à l'émouvant prêche de Monseigneur André Vingt-Trois. Ses paroles ont touché Bernadette, une Provençale, loin de sa famille : "cette année a été lourde, encore récemment. J'avais envie de trouver un moment d'apaisement. J'étais heureuse d'être là et de participer à ce moment."

"Discuter avec ceux qui sont dans la rue". Au-delà de cette messe, Maxime, un autre fidèle, veut retenir les appels à la solidarité que l'archevêque a lancé envers ceux "qui mendient les miettes de notre abondance" : "cela faisait des années que je n'étais pas allé à la messe. J'y suis allé justement pour entendre ce prêche. On doit davantage mettre en avant la solidarité. Je vais rentrer tranquillement rentrer chez moi, m'arrêter justement discuter avec certaines personnes qui sont dans la rue ce soir." À la sortie, deux lycéennes se promettent d'envoyer un don à une association d'aide aux réfugiés avant d'ouvrir leurs cadeaux.