Maigreur : le Vogue Britannique met en cause les stylistes

  • A
  • A
Maigreur : le Vogue Britannique met en cause les stylistes
Partagez sur :

La rédactrice en chef du Vogue britannique rend les stylistes responsables de la maigreur des mannequins en proposant des tailles "toujours plus petites".

La rédactrice en chef de l'édition britannique du magazine de mode Vogue reproche aux plus grands stylistes de la planète de fabriquer des collections dans des tailles "toujours plus petites", forçant à l'emploi de mannequins de plus en plus maigres. Alexandra Shulman s'exprime dans une lettre adressée aux plus grandes griffes dont Karl Lagerfeld, John Galliano, Prada, Versace ou encore Yves Saint Laurent et Balenciaga. Un courrier révélé par le quotidien Times.

"Depuis que je suis chez Vogue, la taille des vêtements que les mannequins doivent porter est devenue considérablement plus petite. Nous en sommes arrivés à un point où la taille des vêtements ne convient même plus aux mannequins vedettes", écrit la rédactrice en chef, selon les extraits du courrier publiés. "Nous devons faire appel à des jeunes filles au squelette proéminent, sans poitrine ni hanches, pour entrer dedans. Désormais, je demande fréquemment aux photographes de retoucher les clichés pour que les mannequins paraissent plus charnus", ajoute-t-elle.

"Je dois souvent publier des photos de visages en couverture, plutôt que des photos où l'on voit les vêtements, parce que mon lectorat est mal à l'aise face à la taille des mannequins lorsqu'ils sont vus en pied", poursuit Alexandra Shulman.

Le débat sur l'extrême maigreur des jeunes filles et jeunes hommes dans les défilés a été lancé après le décès en 2006 de plusieurs mannequins qui ne s'alimentaient quasiment plus. Une responsable de l'organisation caritative Beat spécialisée dans les désordres alimentaires a salué cette nouvelle initiative de Vogue : "La controverse sur la taille zéro des mannequins a été un avertissement. La mode britannique montre le chemin en la matière, et il est très encourageant de voir Vogue, qui est le magazine de mode par excellence, prendre une telle position", souligne Emma Healey.