Madonna auprès des victimes du Vélodrome

  • A
  • A
Madonna auprès des victimes du Vélodrome
Partagez sur :

Madonna est venue dimanche à Marseille, trois jours après la mort de deux techniciens lors de l'effondrement d'une scène.

Madonna est arrivée dimanche en fin d'après-midi à l'aéroport de Marseille-Marignane. La chanteuse toute vêtue de noir et portant des lunettes de soleil est montée à bord d'une voiture noire, accompagnée d'un garde du corps. Avec elle se trouvaient ses deux enfants adoptés qui ont pris place dans une autre voiture. Madonna s'était dite jeudi "anéantie" par l'accident.

L'effondrement de la scène qui était en cours de montage, a coûté la vie à deux personnes -deux techniciens, un Français de 52 ans et un Britannique de 23 ans- et fait huit blessés. Trois sont encore hospitalisés et l'un d'eux est toujours dans un état grave. Tous travaillaient pour la préparation du concert de la chanteuse américaine prévu ce dimanche et qui a été annulé aussitôt après le drame.

L'artiste s'est rendue d'abord à Aix-en-Provence dans la famille de Charles Criscenzo, le technicien de 52 ans décédé. Aux abords de cette maison dans la banlieue d'Aix, un périmètre de sécurité avait été mis en place. Ensuite, la chanteuse a rendu visite à l'hôpital de la Conception à Marseille à l'un des blessés, un technicien français souffrant d'une fracture du fémur. Elle y a été accueillie par le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin qui a salué son "geste d'humanité".

L'artiste qui n'a pas fait de déclaration, a très vite échappé à une bousculade générale pour aller voir le blessé, avant de se rendre dans un autre hôpital de la ville pour voir une autre victime. Elle n'a pas été autorisée à se rendre au stade Vélodrome, en raison de l'enquête judiciaire en cours et de la nécessaire préservation des traces et des indices.

La chanteuse a quitté Marseille dans la soirée pour Barcelone où elle donnera un concert mardi, ont indiqué des sources aéroportuaires.

Après l'accident, le parquet de Marseille a ouvert une enquête pour homicides et blessures involontaires liés à un accident du travail. Un technicien, présent au stade Vélodrome le jour de l'accident, a confié qu'un moteur sur les quatre utilisés normalement pour élever le toit de la scène n'avait pas été employé et avait été remplacé par une grue.