"Ma fille va faire sa rentrée début octobre"

  • A
  • A
"Ma fille va faire sa rentrée début octobre"
@ maxppp
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 - 15 jours après la rentrée, sa fille attend toujours son affectation dans un collège. 

Élève fantôme. Hannah fait partie des élèves fantômes. Comme l'a révélé Europe 1 samedi, cette collégienne qui doit rentrer en classe de troisième, fait partie des 11.835 élèves sans école depuis la rentrée scolaire. A cause du déménagement de ses parents dans le Val-d’Oise, son dossier d’inscription reste introuvable dans les fichiers du rectorat.

>> LIRE AUSSI - INFO E1 - 11.000 collégiens et lycéens sont toujours sans école

"On a perdu 2, 3 fois son dossier". On a fait toutes les démarches nécessaires en amont dès le déménagement", explique la maman d'Hannah au micro d'Europe 1. "L'Inspection académique du Val-d'Oise a perdu deux ou trois fois son dossier". Le 25 août, elle essaie d'avoir l'Inspection académique au téléphone. En vain. "Ils étaient injoignables". "Deux jours avant la rentrée, inquiète, je suis allée voir le proviseur qui m'a conseillé d'envoyer des fax, ce que j'ai fait : il m'a dit qu'il avait les mêmes difficultés que les parents à les joindre", ajoute la maman d'Hannah.  J'ai envoyé des fax : la rentrée est passée, on a eu quelqu'un au bout d'une semaine, qui nous a appris que son dossier avait été perdu".

"Ma fille est inquiète". Hannah devrait intégrer une classe de troisième début octobre. En attendant, la collégienne trouve le temps long. "Elle tourne en rond toute la journée, elle ne fait rien. Son seul objectif, c'est d'aller voir les copains et copines après l'école", raconte sa maman, qui s'inquiète de voir sa fille "angoissée".

 

>> LIRE AUSSI - Rentrée 2014 : ce qui change

 

"Une désorganisation". Pour Audrey Akoun, la situation vécue par sa fille est "choquante".  "Il y a une obligation de scolariser les enfants. Si, nous, parents, on ne met pas nos enfants à l'école, on vient nous taper sur les doigts. Mais La réciproque est valable ! L'Etat et l'Education Nationale ont une obligation de service public de scolariser les enfants",  rappelle la mère de la collégienne fantôme.