Lyon : bataille judiciaire autour d'une antenne-relais

  • A
  • A
Lyon : bataille judiciaire autour d'une antenne-relais
Partagez sur :

Des parents d'élève réclament le démontage d'un antenne installée à proximité immédiate de l'école de leurs enfants.

L'opérateur de téléphonie mobile Bouygues Telecom a comparu mardi devant le tribunal de grande instance de Lyon pour "trouble du voisinage" suite à une plainte de parents d'élèves qui dénoncent l'installation d'une antenne-relais située à proximité de l'école où sont scolarisés leurs enfants. Regroupés au sein du "Rassemblement pour des écoles sans pollution électromagnétiques" (Respem), ces parents d'élèves de l'école Gerson réclament depuis plus de deux ans le démantèlement, voire le déplacement de cette antenne,"au nom du principe de précaution".

L'antenne, dissimulée dans une fausse cheminée, surplombe la cour de l'école située sur le toit de l'établissement, dans le quartier du Vieux-Lyon. Elle est située à 30 mètres de la cour de récréation. "Ce dossier est unique pour trois raisons: la très grande proximité de l'antenne avec l'école, le fait que la population exposée soit essentiellement des enfants de 2 à 10 ans, et enfin que l'antenne se situe quasiment à la même hauteur que la cour où jouent les enfants", a souligné à l'audience l'avocat des familles, Me Franck Heurtrey.

De son côté, l'avocat de Bouygues a plaidé l'incompétence de la chambre des urgences du TGI de Lyon. "Ce dossier relève du pouvoir de la justice administrative", a souligné Me Christophe Lapp, selon lequel "il n'existe pas de preuve de la dangerosité des ondes" émises par les antennes-relais. Le jugement a été mis en délibéré au 15 septembre.

Fin 2006, dans une affaire similaire, une antenne-relais de l'opérateur SFR située à proximité d'une autre école du centre de Lyon avait été démontée à la demande de la municipalité après l'apparition d'un cancer et d'un lymphome chez des enfants qui y étaient scolarisés.