"Louise Delage", un faux compte Instagram pour prévenir l'alcoolisme

  • A
  • A
"Louise Delage", un faux compte Instagram pour prévenir l'alcoolisme
Le (faux) compte Instagram de Louise Delage compte près de 9.000 abonnés @ Capture d'écran @Louise.delage
Partagez sur :

Suivi par près de 9.000 personnes, le compte qui semblait être celui d'une jeune Parisienne branchée cachait en fait une campagne de prévention contre l'alcoolisme. 

Comme près de 9.000 personnes, peut-être suivez vous le compte Instagram d'une Parisienne branchée nommée Louise Delage. Enchaînant voyages, sorties et dîners mondains, elle publie plusieurs photos par jour, parfois accompagnée d'"amis". Mais, à y regarder de plus près, chacun de ces clichés présente un point commun : la jeune femme y tient toujours un verre ou une bouteille d'alcool. Le magazine Femme Actuelle a fini par percer le mystère, mercredi : Louise Delage n'existe pas et son compte a été créé de toutes pièces, pour alerter sur les dangers de l'alcoolisme. 

"Il est facile de passer à côté de l'addiction d'un proche". Une information confirmée par l'agence BETC Paris, qui a géré la campagne, sur son compte Twitter. "Le 1er août, Louise Delage fait son apparition sur Instagram. Deux mois après, ses photos et vidéos comptabilisent plus de 50.000 likes", explique l'agence dans une vidéo montrant une sélection des photos publiées par la jeune femme, en réalité étudiante en art. "Mais ses followers avaient-ils vraiment conscience de ce qu'ils likaient ? Il est facile de passer à côté de l'addiction d'un proche." 



"Nous connaissons tous une Louise Delage". La vidéo renvoie ensuite vers le site de l'association Addict'Aide, qui a commandé cette campagne. "Sur Instagram, il n'y a pas de drame, pas pour l'instant. Pour Louise, il n'est pas encore trop tard pour demander de l'aide. Nous connaissons tous une Louise Delage", explique le responsable du site, Michel Reynaud. Le but de ce faux compte : "donner les moyens de se faire aider à tous ceux qui se posent des questions sur leur consommation où celle d'un proche".