L'oral au brevet : quoi de neuf ?

  • A
  • A
L'oral au brevet : quoi de neuf ?
@ AFP/JOEL SAGET
Partagez sur :

Le brevet rénové donne davantage de place à l'épreuve orale.

C'est l'une des nouveautés du brevet rénové présenté mercredi par Najat Vallaud-Belkacem : l'importance donnée par l'épreuve orale lors de cet examen souvent présenté comme "le petit bac". Aperçu de ce à quoi les futurs élèves de 3e doivent s'attendre lors des premières épreuves de la nouvelle mouture de juin 2017.

Un coefficient un peu plus important. La nouvelle épreuve orale pèsera davantage dans les résultats du brevet. L'épreuve constituera en effet l'une des trois épreuves du contrôle final (qui en comptait quatre auparavant). Créditée à l'avenir de 100 points (sur les 300 de l'épreuve finale et les 700 du brevet, contrôle continu compris), elle pèsera davantage dans le résultat final (jusqu'à présent, pour l'épreuve orale d'histoire des arts, elle comptait seulement pour 40 points sur 360).

Une évaluation recentrée sur la maîtrise de la langue française. Jusqu'à présent, l’oral d’histoire des arts d'une durée de 15 minutes visait à évaluer les connaissances de l'élève en matière d’œuvres artistiques, de repères historiques. Il s'agissait aussi d'apprécier sa capacité à situer des œuvres dans le temps et l’espace ou encore à effectuer des rapprochements avec d’autres œuvres. La maîtrise de la langue française et la capacité à formuler clairement un propos simple ou à participer à un échange verbal restaient des critères d'évaluation secondaires. Lors de l'épreuve orale de juin 2016 qui durera, elle aussi, 15 minutes, la maîtrise de la langue sera un critère essentiel : "la qualité de l’expression orale vaut pour la moitié des points", précise le ministère.

Quelles modalités ? Le déroulé de l'épreuve ne sera, lui, pas si différent. Sur les 15 minutes de l'oral : 10 minutes sont prévues pour l'exposé et 5 minutes pour l'entretien avec le jury. Comme pour l'épreuve d'histoire des arts, l'élève présentera le projet qu’il souhaite présenter. Le champ n'est toutefois pas limité au seul domaine artistique : il doit, en effet, s'agir d'un projet qui s'inscrit dans le cadre des enseignements pratiques interdisciplinaires ou des parcours d’éducation artistique et culturelle, avenir et citoyen.