Loire : manifestation contre la prolongation pour 35 ans d'un centre d'enfouissement des déchets

  • A
  • A
Loire : manifestation contre la prolongation pour 35 ans d'un centre d'enfouissement des déchets
L'autorisation d'exploitation de Suez court pour l'instant jusqu'en 2026 (photo d'illustration).
Partagez sur :

Ce rassemblement avait lieu alors que le Conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst) de la Loire, dont l'avis précède la décision du préfet, doit se réunir lundi.

Plus de 300 personnes se sont rassemblées samedi devant la mairie de Roche-la-Molière dans la Loire pour protester contre la prolongation pour 35 ans, demandée par Suez, de l'exploitation d'un centre d'enfouissement des déchets installé sur cette commune de la métropole de Saint-Etienne.

"Non à la prolongation." "Roche-la-Molière ne veut pas devenir la poubelle d'Auvergne-Rhône-Alpes", "fermons la décharge" ou encore "non à la prolongation", scandaient les manifestants, au nombre de 350 selon les organisateurs, 300 selon la police. Ce rassemblement avait lieu alors que le Conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst) de la Loire, dont l'avis précède la décision du préfet, doit se réunir lundi. L'autorisation d'exploitation de Suez court pour l'instant jusqu'en 2026.

"Les collectivités, comme la métropole stéphanoise, font de gros efforts en matière de tri sélectif et de valorisation, pour atteindre les objectifs de la loi de transition énergétique, qui sont de diviser par deux d'ici 2025 les tonnages enfouis", a indiqué Eric Berlivet, le maire (LREM) de Roche-la-Molière.

La prolongation, "un très mauvais signal". "Si Suez obtient l'autorisation d'enfouir encore 11 millions de tonnes sur une durée inhabituellement longue de 35 ans, jusqu'en 2053, ce sera un très mauvais signal." "La région, compétente pour gérer les flux de déchets sur son territoire, doit aussi prendre ses responsabilités dans cette affaire", a-t-il ajouté, disant craindre que "le centre d'enfouissement (ne devienne) la poubelle" d'Auvergne-Rhône-Alpes, "compte-tenu des tarifs attractifs pratiqués par Suez, autour de 60 euros la tonne".