Loire-Atlantique : disparition troublante d'une famille de quatre personnes

  • A
  • A
Loire-Atlantique : disparition troublante d'une famille de quatre personnes
Inquiète de ce silence inhabituel, la sœur de la mère de famille a alerté les enquêteurs, jeudi. @ DGPN-SICOP
Partagez sur :

Les parents et leurs deux enfants de 18 et 20 ans n'ont pas donné signe de vie depuis le 16 février. Un téléphone portable avec des traces de sang a été découvert au domicile de la famille.

Une enquête a été ouverte après la disparition troublante d'une famille de quatre personnes d'Orvault, dans la Loire-Atlantique, dont on est sans nouvelle depuis près d'une semaine et au domicile de laquelle des traces de sang inquiétantes ont été découvertes, a-t-on appris de source proche du dossier.

Aucun signe de vie depuis le 16 février. Les quatre personnes - les parents et deux enfants de 18 et 20 ans - n'ont pas donné signe de vie depuis le 16 février. Aucun ne répond aux appels depuis cette date. Inquiète de ce silence inhabituel, la sœur de la mère de famille a alerté les enquêteurs, jeudi. Des policiers se sont rendus aussitôt au domicile, un pavillon dans un quartier résidentiel d'Orvault, au nord de Nantes, dans lequel vit la famille depuis une dizaine d'années. La maison étant vide, les enquêteurs ont procédé à des recherches tant dans le jardin qu'à l'intérieur du pavillon.

"Un téléphone portable avec des traces de sang". Il y ont découvert notamment "un téléphone portable avec des traces de sang", a indiqué le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, au quotidien Presse Océan. Ces traces de sang "nous font penser qu'il y a eu une scène de violences sans qu'on ait de détail à ce stade de l'enquête", a-t-il souligné auprès de l'AFP. "Aucune piste n'est écartée", a-t-il dit à Presse Océan. L'enquête, confiée à la police judiciaire de Nantes, a été ouverte dans le cadre de ces soupçons de violences et "non dans le cadre d'une disparition inquiétante", a précisé le procureur.

Une famille "sans histoire". Des prélèvements ont été effectués par les enquêteurs et les deux véhicules du couple ont été placés sous scellés. Des scellés ont aussi été posés sur les porte, portail et boîte aux lettres du pavillon, a constaté un photographe de l'AFP. Selon la source proche du dossier, le véhicule du fils n'était pas garé devant le pavillon. Selon des voisins cités par le quotidien, cette famille était "très discrète et sans histoire".