Loi Travail : vers une indemnisation des dégradations à Rennes ?

  • A
  • A
Loi Travail : vers une indemnisation des dégradations à Rennes ?
Les manifestations contre la loi Travail, le 14 mai à Rennes. @ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Une commission chargée d'examiner les conditions d'indemnisation des dégradations commises à Rennes pendant les manifestations contre la loi Travail s'est réunie lundi. 

Une commission chargée d'examiner les conditions d'indemnisation des dégradations commises en centre-ville de Rennes, en marge des manifestations contre la loi Travail, s'est réunie pour la première fois à Rennes lundi, a annoncé la préfecture d'Ille-et-Vilaine dans un communiqué. Mise en place par le préfet d'Ille-et-Vilaine et de Bretagne Christophe Mirmand, elle est composée de représentants des services de l'État et des acteurs du monde économique.

"Un appel à la solidarité nationale". L'installation de cette commission fait suite à une demande du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve qui, lors de son déplacement à Rennes dimanche 15 mai, avait confirmé "l'appel à la solidarité nationale en faveur des commerçants ayant subi des préjudices lors des violences commises en marge des manifestations contre la loi Travail". La réunion s'est tenue en présence de la députée-maire de Rennes Nathalie Appéré et du président de Rennes Métropole Emmanuel Couet. Un point "sur les préjudices économiques et les dégâts occasionnés aux commerces et aux équipements publics à l'occasion des manifestations" a été fait, a précisé la préfecture.

Accompagner les commerçants. La semaine dernière, les autorités avaient déjà annoncé la prise en charge par l'Etat des franchises d'assurance pour les victimes de dégradations. En plus de cette mesure, "l'ensemble des dispositifs de droit commun existants seront mobilisés par les services de l'État, ainsi qu'un accompagnement des commerçants dans leurs démarches", a rappelé le préfet. Ces dispositions doivent en outre soutenir le plan de développement du commerce en centre-ville, adopté avant le début des manifestations, "afin de lui permettre de regagner en attractivité".