Loi Travail : "arrêtons ce massacre", dit Charles Beigbeder

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

L'entrepreneur Charles Beigbeder, ancien candidat à la présidence du Medef, a appelé sur Europe 1 au retrait du projet de loi Travail.

INTERVIEW

Candidat malheureux à la présidence du Medef en 2005, Charles Beigbeder considère aujourd'hui que le texte de la loi Travail "est devenu mauvais, donc quand il est mauvais, on le retire. Ça me chagrine d'être d'accord avec la CGT, mais là, il n'y a plus rien", estime-t-il dans le Club de la Presse. "Pitié, arrêtons ce massacre", exhorte-t-il.

Entendu sur Europe 1
Ça me chagrine d'être d'accord avec la CGT, mais là, il n'y a plus rien.

"Que la nouvelle majorité fasse un vrai texte". De toute façon, ce n'est pas cette majorité qui pourra faire entrer en vigueur ce texte parce que les décrets vont mettre des mois à sortir", continue-t-il. "Donc retirons ce texte, et que la nouvelle majorité fasse un vrai texte avec cette fois-ci de quoi assouplir le code du travail."

Fondateur du think-tank "Avant-Garde". Charles Beigbeder, exclu de l'UMP en 2014 après avoir lancé une liste concurrente à celle de Nathalie Kosciusko-Morizet pour la Mairie de Paris, est par ailleurs le fondateur du think-tank "Avant-Garde", dont il veut faire une sorte de boite à idée de la droite, de toutes les droites. "On ne fera pas d'alliance entre formations politiques", prévient-il néanmoins. "C'est impossible, c'est une lutte à mort entre les grandes formations politiques, à droite en particulier, entre les Républicains et le Front national. En revanche, on peut parler, échanger, et essayer de nourrir les grands candidats qui vont aller à la bataille présidentielle avec des idées."

"On a besoin d'autorité". Qui, à droite, serait donc le plus à même de porter ses idées, lui qui se dit "pour une France qui assume son histoire chrétienne", tout en se défendant d'être "réactionnaire" ? "On a besoin d'autorité, de liberté économique, d'être clair sur le communautarisme. Pour moi, tous les anciens Premiers ministres ou Présidents sont un petit peu hors-jeu. On verra en novembre".