Listeria : la préfecture ordonne l'arrêt des activités de la Charcuterie bordelaise

  • A
  • A
Listeria : la préfecture ordonne l'arrêt des activités de la Charcuterie bordelaise
Il y a un an, presque jour pour jour, la marque avait déjà rappelé des produits pour les mêmes raisons.@ AFP
Partagez sur :

La préfecture de Gironde a décidé jeudi l'arrêt immédiat des activités de production et de distribution de la majorité des produits de l'entreprise, après la découverte de la bactérie Listeria mercredi.

La préfecture de Gironde a décidé jeudi l'arrêt immédiat des activités de production et de distribution de la majorité des produits de l'entreprise Charcuterie bordelaise, basée à Villenave d'Ornon, après la découverte de la bactérie Listeria monocytogenes sur deux produits.

Rillette de porc et pâté landais. La découverte de la bactérie sur une rillette de porc et un pâté landais au piment d'Espelette avait contraint mercredi l'entreprise a rappeler huit produits de la marque mis en vente sur l'ensemble du territoire national en grandes et moyennes surfaces. "Suite à des contrôles menés par la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP), Pierre Dartout, préfet de la Gironde a décidé, hier par arrêté préfectoral, l'arrêt immédiat des activités de production et de distribution des produits à base de viande prêts à être consommés de l'établissement Charcuterie Bordelaise, à l'exception des jambons cuits et des jambons cuits à l'ancienne", fait savoir jeudi la préfecture dans un communiqué.

Principe de précaution. "Les constatations administratives effectuées en inspectant l'établissement ont révélé des manquements graves à la réglementation relative à la sécurité des denrées alimentaires auxquels il doit impérativement être remédié", poursuit la préfecture. "Les non-conformités constatées concernent notamment des manquements dans l'application du plan de maîtrise sanitaire", ajoute la préfecture.  Mercredi, la société, qui emploie une cinquantaine de personnes, a indiqué avoir pris les mesures de retrait "par principe de précaution et sous la pression des services vétérinaires" de la Gironde et "contesté" cette mesure.

Il y a un an, presque jour pour jour, la marque avait déjà rappelé des produits pour les mêmes raisons.