L'île de Sein, laboratoire pour scientifiques

  • A
  • A
L'île de Sein, laboratoire pour scientifiques
@ Laure Dautriche/E1
Partagez sur :

REPORTAGE - A 10 kilomètres des côtes bretonnes, l'ile de Sein subit les effets du changement climatique. Les chercheurs s'en servent pour faire des expériences.

Des violentes tempêtes, une houle et des courants marins surprenants et surtout, le niveau de la mer qui ne cesse de monter. Voilà l'état climatique catastrophique de l'Île de Sein depuis plusieurs années. Des scientifiques étudient la zone, travaillent sur ce terrain pour comprendre les conséquences du dérèglement climatique. Ils réfléchissent à des solutions pour faire en sorte que les habitants puissent continuer d'habiter sur l'ile malgré un climat de plus en plus oppressant.

Un récif artificiel créé pour atténuer la houle. Situé à huit kilomètres de la pointe du Raz, l'île de Sein est d'une superficie d'un demi km². Une terre unique et de très nombreuses questions : comment ce petit bout de terre peut perdre au moins un mètre de côte après chaque tempête ? Comment des vagues aussi impressionnantes peuvent-elles frapper l’ile aussi souvent ? A l'aide de capteurs fixés sur les rochers, les ingénieurs du service océanographique de la Marine mesure la hauteur des vagues. "L'idée c'est de créer comme une sorte de récif artificiel un peu plus au large", explique l'ingénieur Fabien Leclerc. "Quand la grande vague va arriver, elle va déferler sur ce récif artificiel et aura perdu son énergie au moment où elle viendra heurter la côte".

Digue-Ile-de-Sein

La peur de la nature. Sur l'île de Sein, on est en permanence sur le qui-vive. "A côté d'un milieu comme celui-là, l'homme est totalement impuissant", raconte Stanislas, un jeune ostréiculteur. "On ne peut rien faire. Les cabanes d'ostréiculteurs s'ouvrent les unes après les autres à cause de la houle, ce sont des mouvements de pierre de plusieurs tonnes qui arrivent à être déplacées en une nuit. Heureusement qu'il y a quelques petites digues qui sont là car sinon il n'y aurait plus d'île de Sein depuis longtemps".

Des protections encore bien insuffisantes. Des digues de béton ont été construites (voir photo ci-contre), mais certaines n’ont pas résisté. Ici, les tempêtes de 2008 et de 2014 ont détruit une grosse partie des 4 kilomètres de digue qui encerclent l’ile de Sein.

>> Europe 1 fait l'état des lieux de la planète vendredi, avec une matinale spéciale réalisée en Bretagne, sur l'île de Sein