L'hôpital "en burn-out" : "Derrière les structures, ce sont les personnels qui sont en souffrance"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Sur Europe 1, Frédéric Valletoux et André Grimaldi, grands défenseurs de l'hôpital public, tirent la sonnette d’alarme, à quelques jours de l'annonce de la réforme du système de santé par la ministre Agnès Buzyn.

S'il y a un secteur qui espère échapper à la rigueur budgétaire, c'est bien l'hôpital. Le personnel hospitalier a multiplié les mobilisations à travers toute la France cet été. Ils réclament des moyens et des bras. À Amiens, cela fait deux mois que les soignants de l'hôpital psychiatrique dénoncent la fermeture de quatre services et réclament la création de 60 postes. À Ivry, en région parisienne, c'est la CGT qui tire la sonnette d'alarme en gériatrie, dans un établissement où il y aurait une infirmière pour 82 patients.

"Aujourd'hui pèse sur l’hôpital les dysfonctionnements du système de santé". La grande réforme de l'hôpital de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, doit être annoncée dans trois semaines, après plusieurs reports. Plus que jamais, la ministre est attendue au tournant. Pour Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France, cette réforme ne doit pas seulement concerner le secteur hospitalier. "Le sujet, c'est le système de santé dans son ensemble", affirme l'intéressé. Et le spécialiste développe : "Aujourd'hui pèsent sur l’hôpital les dysfonctionnements du système de santé. S'il y a autant de monde aux urgences, c'est parce que la médecine de ville est très fragilisée", liste en guise d'exemple Frédéric Valletoux.

"Le diagnostic de la ministre de la Santé est juste, mais on ne peut pas en rester au diagnostic", explique de son côté le professeur André Grimaldi, grand défenseur de l'hôpital public, pour qui il faut "prendre des mesures d'urgences".

Les personnels de santé "en souffrance". Manque de personnel et de moyens, dysfonctionnements : pour Frédéric Valletoux, "l’hôpital est en burn-out". "Derrière les structures, ce sont les personnels qui sont en souffrance", souligne le président de la Fédération hospitalière de France. "Finalement, pour tous les gouvernements, de gauche ou de droite, le plus facile, c'est de contraindre l'hôpital, car le gouvernement a la main sur l'hôpital", complète André Grimaldi, qui dénonce dix années de gestion politique où on a demandé aux hôpitaux des économies sans les réformes structurelles pour les accompagner.

Frédéric Valletoux et André Grimaldi attendent beaucoup des annonces de la ministre de la Santé. "Elle doit envoyer des messages clairs pour re-créer de l'espoir", affirment-ils. La réforme du système de santé sera présentée mi-septembre. C'est à ce moment-là que les personnels de santé seront fixés.