Les UV des cabines de bronzage classés cancérogènes

  • A
  • A
Les UV des cabines de bronzage classés cancérogènes
Partagez sur :

Les chercheurs n'ont plus aucun doute sur les UV qui étaient jusqu'à présent considérés comme "probablement" cancérogènes.

Il n'y a plus aucun doute sur la nocivité des UV présents dans les cabines de bronzage. Sur la base du travail d'une équipe internationale de 9 experts, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) et l'agence cancer de l'Organisation mondiale de la santé considèrent que ces rayons ultra-violets sont "cancérogènes". Le résultat de leur étude est présenté dans l'édition d'août de la revue médicale Lancet Oncology.

Jusqu’ici, le danger n’était qualifié que de "probable". Depuis 1992, les rayonnements solaires ultraviolets (A, B et C), de même que les UV artificiels des lampes et lits à ultraviolets, étaient classés au niveau 2. Le CIRC relève désormais son niveau de classification au niveau 1 soit "cancérogène pour l'homme".

Le risque est particulièrement important avant 30 ans. Une exposition aux UV avant cet âge augmente de 75% le risque de mélanome, soit la forme la plus agressive du cancer de la peau, explique Béatrice Secrétan, chercheuse au CIRC :



Le danger augmente également au fil des années. "Le grand risque ce sont les gens qui font des séances d'entretien à longueur d'année", souligne le Dr Reuter, le président du Syndicat français des Dermatologues. Il situe pour sa part la limite à 10 séances au maximum dans l'année.

A défaut de déserter définitivement les cabines de bronzage, porter des lunettes de protection reste enfin obligatoire. Le risque de mélanome oculaire est ainsi très développé.