Les trois quarts des adolescents ont peur du cancer

  • A
  • A
Les trois quarts des adolescents ont peur du cancer
Les adolescents identifient plus l'hérédité comme une cause de cancer que le cannabis.@ DESIREE MARTIN / AFP
Partagez sur :

Les adolescents redoutent plus l'action de l'hérédité dans le développement d'un cancer qu'une mauvaise alimentation ou un manque d'activité physique.

Le cancer fait peur aux trois quarts des adolescents qui surestiment le rôle joué par l'hérédité et sous-estiment en revanche celui de l'alimentation ou du manque d'activité physique, selon un sondage OpinionWay* rendu public lundi à l'occasion de la Semaine nationale de Lutte contre le Cancer.

Un adolescent sur deux s'estime mal informé. Réalisé pour le compte de la Ligue contre le cancer, le sondage fait apparaître que 96% des adolescents ont conscience du fait qu'on peut avoir un cancer à tout âge même si un sur deux s'estime mal informé sur la maladie. La peur du cancer touche 74% des adolescents interrogés, la moitié craignant le cancer pour eux-mêmes tandis que 68% le redoutent chez leurs parents.

Des facteurs de risques mal identités. Grâce aux campagnes de prévention régulièrement organisées par les autorités sanitaires, ils sont 94% à identifier le tabac comme une cause de cancer, devant la radioactivité (93%). Le manque d'activité physique n'est en revanche mentionné qu'à 48%, après l'alimentation (67%) et le cannabis (67%) alors que ces facteurs de risque sont jugés importants par les spécialistes.

Ils surestiment en revanche très nettement le rôle joué par l'hérédité, citée par 76% des adolescents comme un facteur important, alors que seule une petite partie des cancers sont attribuables à des mutations génétiques. 82% pensent qu'on peut guérir d'un cancer mais trouvent les médicaments trop chers (89%), 85% jugeant "insuffisant" le financement de la recherche sur les traitements anti-cancéreux.

Un manque d'informations. Un peu plus de la moitié des adolescents s'estime par ailleurs mal informé sur les sujets liés au cancer, qu'il s'agisse des recherches (75%) des symptômes de la maladie (73%), de l'espérance de vie des malades (68%) ou des traitements disponibles (62%).

En 2015, le nombre de nouveaux cas de cancer diagnostiqués en France métropolitaine était estimé à 385.000 par l'Institut national du cancer (Inca) dont 211.000 hommes et 174.000 femmes. Parmi ces cas, figuraient 1.700 enfants âgés de moins de 15 ans et 800 adolescents de 15 à 19 ans.

*Le sondage a été réalisé du 1er au 6 mars dernier sur un échantillon de 504 jeunes âgés de 15 à 18 ans, représentatif de la population française âgée de 15 à 18 ans, selon la méthode des quotas.