Les tablettes facteur d'épidémie de torticolis

  • A
  • A
Les tablettes facteur d'épidémie de torticolis
Comment éviter un torticolis ? Posez votre tablette, support relevé au maximum, sur une table.
Partagez sur :

Une étude s'inquiète des douleurs du cou et des épaules liées à l'utilisation des tablettes numériques.

L'engouement pour les tablettes numériques tactiles risque de rapidement se traduire par une recrudescence de torticolis et autres douleurs musculaires provoquées par une mauvaise posture, avertit une étude, qui déconseille vivement d'utiliser ces gadgets posés sur les genoux.

Les tablettes numériques ont beau être légères et maniables, "leur utilisation est fortement associée à des postures de flexion de la tête et du cou" par comparaison avec les ordinateurs de bureau classiques.

Elles suscitent donc "de réelles inquiétudes sur le développement de douleurs du cou et des épaules", souligne Jack Dennerlein, chirurgien orthopédique et spécialiste en santé publique à Harvard (Etats-Unis) qui a dirigé cette étude.

Toutefois, la posture des utilisateurs de tablettes peut être grandement améliorée par les supports intégrés dans certains étuis ou si elle est placée sur une table, ce qui permet d'éviter un angle de vision trop bas, note l'étude publiée dans la revue internationale "Work: A Journal of Prevention, Assessment and Rehabilitation".

Les auteurs ont fait passer une série de tests à quinze utilisateurs expérimentés de tablettes tactiles, avec un iPad2 d'Apple et une Motorola Xoom. Chacune des tablettes, qui figurent parmi les meilleures ventes du secteur, était équipée d'un étui permettant d'ajuster l'angle de vision.

La flexion de la tête et du cou variait considérablement selon la configuration mais était généralement plus importante que dans le cas d'un ordinateur de bureau ou portable, analyse l'étude.
Le seul cas où la posture s'approchait de la "neutralité" était lorsque la tablette était posée sur une table et son support relevé au maximum, ce qui évitait un angle de vision trop bas.

L'étude, en anglais, est disponible gratuitement sur internet.