Les "soirées cartables", le binge drinking breton

  • A
  • A
Les "soirées cartables", le binge drinking breton
En Bretagne, il est devenu courant pour les jeunes de boire jusqu'à plus soif dans les rues pour fêter les vacances (Photo d'illustration).@ MAXPPP
Partagez sur :

SOCIETE - Une jeune fille a disparu vendredi lors d'une soirée alcoolisée dans les rues de Guingamp.

L’INFO. En Bretagne, les enfants ont les soirées pyjamas, les adolescents les “soirées cartables”. Beaucoup moins innocentes, ces dernières consistent à boire dans les rues pour fêter l’arrivée des vacances. Alertés du danger, les autorités et les établissements scolaires luttent depuis plusieurs mois contre cette mode. Vendredi dernier, une jeune fille a pourtant disparu à Guingamp lors de l’une de ces soirées. Son corps aurait été retrouvé mardi dans un fleuve proche.

Fêter les vacances. Principalement pratiquées en Bretagne, les “soirées cartables” n’ont rien de très différent des soirées “binge drinking”, où des jeunes, généralement lycéens, se retrouvent pour boire jusqu’à l’ivresse. La particularité bretonne consiste à avoir institué ce type de soirées à la veille des vacances, histoire de fêter la fin des cours dans les rues.

Les autorités sur le qui-vive. En alerte sur le sujet, cela fait plusieurs mois que des actions sont entreprises par la police, mais aussi par les établissements scolaires pour limiter le phénomène. Des courriers ont par exemple déjà été adressés aux parents d’élèves pour les sensibiliser à la pratique.

En avril 2013, des CRS avaient été dépêchés dans le centre-ville de Rennes pour éviter l’organisation de l’une de ces soirées dans les rues de la ville. En décembre, environ 770 bouteilles d’alcool avaient été saisies dans la capitale bretonne lors d’une soirée juste avant Noël.

alcool, open bar, soirée, etudiant, fete, volant, securité routière

A Rennes, comme à Guingamp, des arrêtés ont même été pris à la veille des vacances pour interdire l’alcool sur la voie publique. Les commerçants ont quant à eux été sommés d’arrêter de vendre des boissons alcoolisées aux mineurs.

Selon Le Figaro, dès 2009, le sous-préfet de Guingamp s’était d’ailleurs ému de l’organisation de ce type de soirée. “Il est inadmissible de voir des enfants de 14-15 ans avoir accès à des boissons alcoolisées qui sont à l’origine de mauvais comportements”, avait-il déclaré.

Le corps de la disparue aurait été retrouvé. A Guingamp précisément, les soirées cartables ont pris dernièrement une tournure encore plus dramatique. La veille des vacances de la Toussaint, trois comas éthyliques avaient été recensés dans les rues de la ville. Cela avait provoqué la mise en place d’un nouveau dispositif de prévention dans la ville. En vain.

Vendredi soir, Marie, une lycéenne de 16 ans, a disparu dans les rues de Guingamp suite à l’une de ces soirées. Manifestement en état d’ébriété, elle avait été refoulée d’une boîte de nuit avant que ses amis ne la perdent de vue.

Dimanche, son sac avait été retrouvé au bord du Trieux, une rivière proche du lieu de sa disparition. Mardi matin, deux corps ont été retrouvés dans le cours d’eau. Selon le parquet de Saint-Brieuc, l’un d’eux est probablement celui de Marie.

sur le même sujet, sujet,

SANTE - Alcool : trop de jeunes aux urgences

ZOOM - Boissons énergisantes : les ados en dangers ?

ENQUÊTE - Coucou les filles ! : la mode des jeunes Youtubeuses beauté

ENQUÊTE - Immersion dans les sites de rencontres pour ados