Les sacs plastiques et vaisselle jetable, c'est (bientôt) fini

  • A
  • A
Les sacs plastiques et vaisselle jetable, c'est (bientôt) fini
@ MAXPPP
Partagez sur :

ENVIRONNEMENT - L'Assemblée nationale a voté vendredi soir l'interdiction des sacs plastiques à usage unique à partir de 2016. 

Les couverts à la poubelle. Fini les gobelets, assiettes et sacs plastiques. L'Assemblée nationale a voté vendredi soir l'interdiction des sacs plastiques à usage unique à partir de 2016, mais également celle de la vaisselle jetable en plastique à partir de 2020, dans le cadre du projet de loi sur la transition énergétique. La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal s'était opposée à cet amendement défendu par l'écologiste François-Michel Lambert estimant que l'interdiction de la vaisselle jetable était "anti-social", car "les familles en situation de précarité ne jettent pas cette vaisselle mais la réutilisent".

Des efforts mais … Déjà, sous l'effet d'une convention volontaire, le nombre de sacs plastiques de caisse distribués en France dans les grandes surfaces alimentaires est passé de 10,5 milliards à 700 millions entre 2002 à 2011. Mais, selon le gouvernement, près de 5 milliards de sacs de caisse en matière plastique à usage unique et plus de 12 milliards de sacs dits "fruits et légumes" sont encore distribués dans les commerces.

sac-plastique

Sacs dans le compost. A partir du 1er janvier 2016, il sera donc mis fin à la mise à disposition payante ou gratuite de sacs plastiques de caisse à usage unique, sauf pour des sacs répondant à des conditions particulières : les sacs "biosourcés" (avec une teneur qui ira en augmentant progressivement dans le temps) et les sacs compostables en compostage domestique.

Une longue nuit à l'Assemblée. La nuit a été longue, très longue dans l'Hémicycle. Les députés ont achevé à 6h45 l'examen en première lecture du projet de loi sur la transition énergétique, qui sera soumis à un vote solennel mardi, avant d'être examiné par le Sénat. Les débats de la nuit ont notamment porté sur la mise en place d'un "chèque énergie" sous condition de ressources pour les ménages modestes, qui devra à terme se substituer aux tarifs sociaux du gaz et de l'électricité. Les écologistes, très mobilisés sur ce texte, ont veillé toute la nuit et se sont relayés en faisant des micro-siestes, comme le montre cette photo postée sur Twitter par le député Denis Baupin.